Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Disparition de Jamal Khashoggi : menaces sur la presse

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts d'Arthur Jugnot

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Art contemporain en banlieue : "Ce qui nous intéresse, c'est la mixité du public"

En savoir plus

#ActuElles

Élections de mi-mandat aux Etats-Unis : un nombre record de femmes candidates

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le casse-tête de la frontière irlandaise

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Burn-out : les absurdités du management moderne

En savoir plus

TECH 24

Femmes dans la tech : comment briser le "clic" de verre

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La pêche, une tradition familiale au Grau-du-Roi

En savoir plus

REPORTERS

Reporters : le Brexit, un océan d'incertitudes pour les pêcheurs

En savoir plus

FRANCE

France : une épicerie casher, déjà ciblée par des tags antisémites, incendiée à Créteil

© Alain Jocard, AFP | Une épicerie et un hypermarché casher ont été incendiés à Créteil, le 9 janvier 2018.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 09/01/2018

Une épicerie casher de Créteil, déjà ciblée il y a quelques jours par des tags antisémites, a été incendiée dans la nuit de lundi à mardi. Une enquête pour dégradation volontaire par incendie a été confiée à la police judiciaire du Val-de-Marne.

L'épicerie casher avait déjà été recouverte de tags antisémites la semaine dernière. Dans la nuit du lundi au mardi 9 janvier, l'offense est allée encore plus loin. L'enseigne "Promo & Destock", dans un centre commercial de Créteil, en banlieue parisienne, a été dévastée par un incendie.

Le feu a été signalé entre 4 h et 5 h du matin et "il y a, a priori, de très gros dégâts", a expliqué à l'AFP la procureure de Créteil, Laure Beccuau qui a précisé que "la piste criminelle est privilégiée". Dans la halle marchande Kennedy qui regroupe plusieurs commerces au pied des tours du quartier Mont-Mesly, l'épicerie était complètement détruite mardi matin et les rayons à l'intérieur carbonisés, a constaté une journaliste de l'AFP.

Le magasin adjacent, l'Hyper Cacher, qui avait lui aussi été couvert d'inscriptions antisémites et de croix gammées la semaine dernière, a été "partiellement touché" selon le parquet mais a globalement échappé aux flammes.

L'enquête, ouverte pour dégradation volontaire par incendie, a été confiée à la police judiciaire du Val-de-Marne. Celle concernant les tags est menée par le commissariat de Créteil.  En l'absence de vidéosurveillance devant les deux magasins mitoyens, "on n'a pas d'éléments qui permette de faire le lien entre les deux enquêtes, en l'état [...]", a souligné le parquet. "Il est trop tôt pour discuter des motivations de cet acte", a prévenu une source proche de l'enquête.

Un précédent en 2014

Sur Twitter, l'ambassadeur d'Israël en France, Aliza Bin Noun, a aussitôt fait part de son indignation, en dénonçant une "provocation honteuse (qui) prouve l'importance de la poursuite du combat contre l'antisémitisme".

Cet incendie intervient trois ans jour pour jour après l'attentat de l'Hyper Cacher de la porte de Vincennes, au cours duquel quatre personnes de confession juive avaient été tuées le 9 janvier 2015 par le jihadiste Amedy Coulibaly. Les tags nazis découverts récemment à Créteil avaient déjà provoqué l'indignation des associations juives, qui les ont perçus comme une référence directe à cet anniversaire.

"Il y a une continuité entre les tags et l'incendie", a réagi Albert Elharrar, le président de la communauté juive de Créteil, joint par l'AFP. "C'est clair qu'on n'est pas allé attaquer autre chose qu'un magasin casher, le jour-même de la commémoration de l'attentat de Vincennes. Mais il faut laisser la police faire son enquête", a-t-il estimé.

>> Sur France 24 : Créteil s’interroge après une violente agression antisémite

Situé aux abords de Paris, Créteil compte une importante communauté juive forte de 23 000 membres sur quelque 90 000 habitants, selon M. Elharrar. La communauté avait déjà été marquée fin 2014 par l'agression d'un jeune homme de confession juive et sa compagne, violée pendant le cambriolage d'un appartement. Une affaire qui avait poussé le gouvernement à faire de la lutte contre le racisme et l'antisémitisme une "cause nationale".

Avec AFP

Première publication : 09/01/2018

  • FRANCE

    Édouard Philippe annonce un nouveau plan contre l'antisémitisme, "bête immonde"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Meurtre de Sarah Halimi : le Parquet demande que le caractère antisémite soit retenu

    En savoir plus

  • ALLEMAGNE

    Un artiste tague des tweets racistes et antisémites devant le siège allemand de Twitter

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)