Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Violences en RDC, la faim menace 15 millions de personnes

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

En politique, faut-il tourner son pouce 7 fois avant de tweeter ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Olivia Grégoire : "C'est un gouvernement qui consolide la majorité"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Bastien Lachaud : "Il n'y a pas de second souffle" avec le remaniement

En savoir plus

LE DÉBAT

France : remaniement et maintenant ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"First Man", Ryan Gosling dans les pas de Neil Armstrong

En savoir plus

L’invité du jour

Reed Brody : "C’est la jurisprudence Pinochet qui a permis le procès d'Hissène Habré"

En savoir plus

FOCUS

Quelles alternatives à la prison pour les condamnés ?

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Le marché florissant du cannabis

En savoir plus

FRANCE

L'ex-ministre Stéphane Le Foll candidat à la tête du Parti socialiste

© Jean-François Monier, AFP | Le député de la Sarthe est un proche de l'ex-président François Hollande.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 09/01/2018

Le député de la Sarthe, Stéphane Le Foll, a annoncé sa candidature mardi dans les colonnes du Maine Libre, au poste de premier secrétaire du PS. L'ancien ministre de l'Agriculture entend "faire évoluer" un parti "exsangue".

Le député et ancien ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll, 57 ans, a annoncé sa candidature au poste de premier secrétaire du Parti socialiste, mardi dans un entretien accordé au quotidien Le Maine Libre.

"J'ai donc décidé de relever le défi, ou plutôt les défis qui sont face à nous, en présentant un projet devant les militants [lors du congrès du PS en avril]", a indiqué Stéphane Le Foll.

"Les défis sont nombreux : le PS fait face à une double défaite, présidentielle et législatives. Il est exsangue, inaudible aux oreilles des Français", a déclaré ce proche de l’ancien président François Hollande.

"Dans l'opposition au chef de l'État"

Selon le député de la Sarthe, "la présidentialisation des institutions actuelles sous Emmanuel Macron met à mal les partis dits ‘traditionnels’. Il faut donc être capable de faire évoluer le Parti socialiste et de l'adapter à ce nouveau contexte".

Alors qu'on le présente parfois comme étant "macron-compatible", Stéphane Le Foll se revendique "dans l'opposition" au chef de l'État : "J'ai voté contre le budget qui est favorable aux plus riches et injuste pour les classes moyennes et populaires. Je considère par exemple que les choix fiscaux décidés par Emmanuel Macron sur l'ISF et sur la fiscalité du capital vont continuer à creuser des inégalités patrimoniales."

Les candidats à la succession de l'ancien premier secrétaire Jean-Christophe Cambadélis ont jusqu'au 27 janvier pour se faire connaître, l'élection étant prévue le 29 mars, et le Congrès les 7 et 8 avril.

Pour l'heure, seul le député du Val-de-Marne Luc Carvounas s'est déclaré, alors que l'ancienne ministre Najat Vallaud-Belkacem a décidé de ne pas se porter candidate.

Avec AFP

Première publication : 09/01/2018

  • REPORTERS LE DOC

    Documentaire : gauche, année zéro ?

    En savoir plus

  • FRANCE

    Plombé financièrement, le PS vend son siège historique pour 45,5 millions d'euros

    En savoir plus

  • FRANCE

    Hamon structure son mouvement, rebaptisé "Génération.s"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)