Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Miss Terre : la Libanaise disqualifiée à cause d'un cliché

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Disparition de Jamal Khashoggi : menaces sur la presse

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts d'Arthur Jugnot

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Art contemporain en banlieue : "Ce qui nous intéresse, c'est la mixité du public"

En savoir plus

#ActuElles

Élections de mi-mandat aux Etats-Unis : un nombre record de femmes candidates

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le casse-tête de la frontière irlandaise

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Burn-out : les absurdités du management moderne

En savoir plus

TECH 24

Femmes dans la tech : comment briser le "clic" de verre

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La pêche, une tradition familiale au Grau-du-Roi

En savoir plus

Découvertes

Les tortues de mer mâles sont davantage menacées que les femelles par le réchauffement climatique

© Ullstein Bild/Getty Images

Texte par Ana BENABS

Dernière modification : 09/01/2018

Il ne resterait que quelques dizaines d'années aux tortues de mer avant que l'espèce s'éteigne, indique une étude menée en Australie.

En 2017, de nombreuses espèces animales se sont éteintes, et il semblerait que la tendance s'accentue. Une étude de la revue scientifique américaine Current Biology rapporte en effet que le changement climatique représente une menace toute particulière pour les tortues de mer, et surtout pour leurs descendants. 

VOIR AUSSI : Ces images d'un bébé dauphin mort à cause du plastique ont ému aux larmes les spectateurs de "Blue Planet II"

En s'intéressant aux jeunes tortues de mer présentes près de la Grande Barrière de corail en Australie, des chercheurs ont constaté que les populations étaient en majorité composées de femelles. Or, chez les reptiles, le sexe du bébé dépend des conditions d'incubation de l'œuf, notamment de la température ambiante. Pour les tortues vertes, les scientifiques ont conclu qu'au-delà de 29,3 °C, les bébés étaient des femelles et en-dessous de ce nombre, des mâles. 

"Cette recherche est extrêmement importante, puisqu'elle offre un nouveau moyen de comprendre ce que cette espèce endure", explique Michael Jensen, biologiste marin et auteur de l'étude. Le biologiste David Owen raconte quant à lui que "ça ne sera pas long, quelques décennies ou un siècle avant que les mâles commencent à manquer chez les tortues de mer". Un constat critique, alors qu'en septembre dernier, une étude annonçait l'augmentation des nombres d'œufs de tortues de mer en 2017. 

Cependant, des solutions sont à envisager selon les chercheurs : créer des zones ombragées sur les plages, humidifier le sable pour le refroidir, mais aussi compter sur le Raine Island Recovery Project, un projet dédié à la protection de ces animaux marins. "On a un peu de temps devant nous", explique Camryn Allen, co-auteur de l'étude. Maintenant, il ne reste plus qu'à l'utiliser à bon escient pour sauver cette espèce. 

– Retrouvez l'article de Johnny Lieu sur Mashable

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Première publication : 09/01/2018