Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Miss Terre : la Libanaise disqualifiée à cause d'un cliché

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Disparition de Jamal Khashoggi : menaces sur la presse

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts d'Arthur Jugnot

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Art contemporain en banlieue : "Ce qui nous intéresse, c'est la mixité du public"

En savoir plus

#ActuElles

Élections de mi-mandat aux Etats-Unis : un nombre record de femmes candidates

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le casse-tête de la frontière irlandaise

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Burn-out : les absurdités du management moderne

En savoir plus

TECH 24

Femmes dans la tech : comment briser le "clic" de verre

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La pêche, une tradition familiale au Grau-du-Roi

En savoir plus

Découvertes

Chargé de ménage, porteur de courses : des robots plus dévoués les uns que les autres déferlent sur le CES 2018

© Mashable FR | Aeolus, le robot qui passe l'aspirateur, fait les machines, range la maison et apporte volontiers les canettes. Ici pour vous servir.

Texte par Marine BENOIT

Dernière modification : 10/01/2018

Comme à chaque CES, qui se tient cette année jusqu’au 12 janvier, les robots sont venus en force montrer de quoi ils étaient capables. Croyez-moi, avec les progrès de l’intelligence artificielle, ils sauront tôt au tard se rendre indispensables.

Indéniablement, l'époque où nous abriterons tous sous notre toit un robot domestique, dont la raison d'être est de nous faciliter le quotidien, approche à grands pas. Avec le bond en avant de l'intelligence artificielle, et plus précisément des techniques d'apprentissage des machines, nombre de constructeurs et autres start-up ont décidé de miser sur eux. 

VOIR AUSSI : Prendre la défense d'un robot n'a rien de bizarre, bien au contraire

Aeolus, pour en finir avec toute tâche ménagère

Aeolus, mis au point par Aeolus Robotics, est sans doute l’un des robots les plus sympas de notre époque. Non seulement ce petit gars a une tête adorable, mais en plus, il effectue sans broncher ce que certains d’entre nous détestent le plus au monde : le ménage. Évidemment, il reste pour le moment un prototype, mais il sait déjà très bien saisir des objets et nous les apporter, passer l’aspirateur, enclencher une machine, nettoyer le sol et apprendre la place de chaque chose dans notre intérieur, puisqu’il fonctionne au machine learning.

Théoriquement, il pourrait donc être capable de passer derrière nous dès qu’on laisse traîner quelque chose, après avoir progressivement appris l’emplacement de nos affaires. Il pourrait même nous aider à chercher nos clés quand on réussit à les perdre dans notre T1. Enfin, il fait un très bon gardien : doté d’une caméra, il peut envoyer des alertes dès lors qu’il remarque une anomalie chez nous. En réalité, Aeolus est si serviable qu’on aurait presque du mal à le regarder tout faire tout seul.

Aflac, pour permettre aux enfants malades de s'évader un peu

Plus précisément nommé My Special Aflac Duck, ce petit canard a été conçu pour tenter d’améliorer le difficile quotidien des enfants sous chimiothérapie en leur offrant une source de réconfort. Il est le fruit du travail de la start-up Sproutel, spécialisée dans les jouets connectés axés sur la santé. Doté de son propre port de chimiothérapie et d’accessoires ludiques en lien avec ce lourd traitement, il se couple notamment avec une application de réalité augmentée, qui permet aux petits patients d’endosser le rôle du "soignant" auprès du canard (en le faisant manger, en lui donnant le bain…). Aflac est aussi capable d’exprimer différentes émotions et d’émettre des sons, toutefois un peu plus agréables à l’oreille que celui des vrais canards (sans offense).

Loomo, pour arrêter de porter les courses

Ce robot produit par Segway, la marque à l’origine de ces engins diaboliques pour groupes de touristes, est ce que l’on peut appeler un gyropode hybride. Donc techniquement, il est aussi un Transformer. En position "déployée", il prend la forme de ces plateformes sur deux roues ; on peut donc se déplacer avec, mais aussi lui confier des charges lourdes. Une fois rétracté, il devient un robot aux airs de Wall-e, capable de prendre des photos, de surveiller la maison et potentiellement de faire tout un tas d’autres choses, car il fonctionne sous Android. Si la firme conçoit surtout Loomo comme un auxiliaire de vie, à destination des personnes physiquement limitées, elle compte également le décliner dans une version pensée pour les entreprises. Il répondra au nom de Loomo Go. 

CLOi, pour gérer notre maison connectée, mais seulement quand il est d’humeur

CLOi, fabriqué par la marque sud-coréenne LG et déjà présenté l’année dernière à Vegas, a normalement pour mission de coordonner tous les appareils de la maison connectée. Mais lors de la keynote de la firme lundi 8 janvier, au moment où David Vanderwaal, responsable marketing, a voulu en faire la démonstration sur scène, CLOi lui a bien foutu la honte : "CLOi, quel est mon programme pour aujourd’hui ?" Réponse du droïde : "Vous devez aller à la salle de sport à 10 heures". Jusque-là, tout allait bien. Mais CLOi a tout bonnement refusé de répondre aux questions suivantes, plongeant les équipes de LG dans le plus grand désarroi. "CLOi ne m'aime pas, visiblement", a improvisé M. Vanderwaal face à l’hilarité de la salle. Intérieurement, CLOi riait aussi. D’un rire sardonique. 

Le robot pole-dance, pour endiabler le Macumba Club

Présenté en marge du salon de l’électronique de Las Vegas, où les clubs de strip-tease sont aussi nombreux que les hôtels, ce robot aux attributs féminins a été conçu pour se dandiner autour d’une barre de pole dance. Après tout, pourquoi pas. On doit d’ailleurs sa conception à un club de strip-tease, le Sapphire Gentleman’s Club, qui se situe à quelques centaines de mètre du Strip, l’avenue principale de la ville qui ne dort jamais. Dans une interview accordée à The Verge, Giles Walker, le patron du Sapphire, a affirmé l’avoir créé en 2008, inspiré par len le "voyeurisme" omniprésent dans une société de plus en plus surveillée par les caméras et autres outils de data.

Aibo, pour consoler ceux qui ne peuvent pas se permettre d’adopter un vrai chien

On vous en parlait mardi. Aibo, le chien de Sony commercialisé il y a douze ans, a fait son grand retour au CES 2018, pour le plus grand bonheur des visiteurs. Dans sa nouvelle version, le toutou est bien plus malin : certes, il s'asseoit, aboie, aime les caresses et rapporte la balle, mais il est aujourd'hui doté de la faculté que je nommerais "d'entêtement". Pour être précis, Aibo peut tout à fait ne pas répondre aux ordres qu'on lui donner et faire comme si nous n'existions pas. Comme CLOi, finalement.

Après, s'ils se mettent tous à faire ce qu'ils veulent quand il le veulent, c'est vrai qu'on va commencer à les trouver un peu moins serviables, ces robots.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Première publication : 10/01/2018