Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Miss Terre : la Libanaise disqualifiée à cause d'un cliché

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Disparition de Jamal Khashoggi : menaces sur la presse

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts d'Arthur Jugnot

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Art contemporain en banlieue : "Ce qui nous intéresse, c'est la mixité du public"

En savoir plus

#ActuElles

Élections de mi-mandat aux Etats-Unis : un nombre record de femmes candidates

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le casse-tête de la frontière irlandaise

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Burn-out : les absurdités du management moderne

En savoir plus

TECH 24

Femmes dans la tech : comment briser le "clic" de verre

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La pêche, une tradition familiale au Grau-du-Roi

En savoir plus

Découvertes

En Australie, il existe des oiseaux pyromanes (qui ont une bonne raison de mettre le feu aux forêts)

© BOB GOSFOD/TWITTER

Texte par Ana BENABS

Dernière modification : 11/01/2018

Aussi surprenant cela puisse paraître, ils déclenchent intentionnellement ces incendies.

On connaissait les tendances alcooliques de certains rongeurs ou encore les pulsions meurtrières de certains chats. Désormais, c'est au tour des oiseaux pyromanes de faire leur entrée dans la longue liste des animaux aux comportements pour le moins étranges. 

VOIR AUSSI : Un chien a fini sa vie momifié avec un arbre pour tombeau

En Australie, les feux de forêts peuvent être déclenchés par une simple conjoncture météorologique, par exemple la température ambiante lorsqu'elle avoisine les 50°C. Mais des chercheurs ont fait le constat que parfois, ce sont plus précisément des oiseaux qui se chargent de "mettre de l'huile sur le feu" : grâce au transport de brindilles parfois enflammées dans leurs becs, ils parviendraient à étendre un feu au-delà de son foyer.

Dans une étude publiée dans le Journal of Ethnobiology, l'équipe de scientifiques explique que ces faits bien connus "avaient déjà été observés depuis plus de 40 000 ans par des aborigènes". C'est dans le but de "débusquer leurs proies hors des zones initialement enflammées" pour ensuite les manger que les rapaces répandent les brasiers.

[scald=63939:article_details {"additionalClasses":""}]

Les espèces identifiées comme étant pyromanes seraient le milan noir, le milan siffleur et le faucon bérigora. Dans une interview accordée au Washington Post en 2016, l'un des auteurs de l'étude Robert Gosford explique qu'il "y a un but à tout cela, une intention de dire "nous sommes des centaines ici, nous allons tous pouvoir manger"". Une stratégie bien réfléchie, donc, qui donne du poids à la loi du plus fort.

Il ne reste plus qu'à espérer que ces volatiles ne trouvent jamais le moyen d'allumer les feux eux-mêmes – ce qui pourrait un jour arriver connaissant la résilience de ces animaux, selon le géographe et co-auteur de l'étude Mark Bonta.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Première publication : 11/01/2018