Accéder au contenu principal
ROYAUME-UNI

Le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, a obtenu la nationalité équatorienne

Le fondateur de Wikileaks, Julian Assange, le 19 mai 2017.
Le fondateur de Wikileaks, Julian Assange, le 19 mai 2017. Justin Tallis, AFP
3 mn

Alors que le Royaume-Uni a refusé d'accorder à Julian Assange le statut diplomatique, l'Équateur a annoncé, jeudi, avoir naturalisé le fondateur de WikiLeaks. L'homme est réfugié depuis plus de cinq années à l'ambassade d'Équateur à Londres.

Publicité

Le Royaume-Uni a refusé d'accorder un statut diplomatique au fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, qui a obtenu la nationalité équatorienne au mois de décembre dernier, a annoncé, jeudi 11 janvier la diplomatie de Quito. L'Australien est réfugié depuis plus de cinq ans à l'ambassade d'Équateur à Londres.

La justice suédoise, qui voulait l'entendre dans le cadre d'une enquête sur des accusations de viol portées contre lui, a finalement clos ce dossier en mai dernier.

Toutefois, le Royaume-Uni veut l'arrêter s'il sort de l'ambassade, lui reprochant de n'avoir pas respecté ses engagements envers la justice britannique.

Julian Assange, qui a toujours nié les accusations de viol, a refusé d'être extradé vers la Suède de peur d'être ensuite remis aux États-Unis, où la justice pourrait le poursuivre pour la publication en 2010 de centaines de milliers de documents
confidentiels américains.

 

 

Une solution "digne et juste"

"Le gouvernement de l'Équateur a demandé qu'Assange jouisse d'un statut diplomatique au Royaume-Uni", a déclaré jeudi un porte-parole du ministère britannique des Affaires étrangères.

"Le Royaume-Uni n'a pas accédé à cette requête et il n'y a pas de discussions avec l'Équateur à ce sujet", a-t-il ajouté. "L'Équateur sait que le moyen de régler cette question, c'est que Julian Assange quitte l'ambassade et se présente à la
justice."

À Quito, la ministre équatorienne des Affaires étrangères,Maria Fernanda Espinosa, a annoncé qu'Assange avait obtenu le 12 décembre dernier la nationalité équatorienne et a souhaité une solution "digne et juste" de cette affaire.

Julian Assange, a poursuivi la ministre, ne quittera pas l'ambassade d'Équateur à Londres tant qu'il n'aura pas obtenu des garanties sur sa liberté.

Avec Reuters

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.