Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Violences en RDC, la faim menace 15 millions de personnes

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

En politique, faut-il tourner son pouce 7 fois avant de tweeter ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Olivia Grégoire : "C'est un gouvernement qui consolide la majorité"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Bastien Lachaud : "Il n'y a pas de second souffle" avec le remaniement

En savoir plus

LE DÉBAT

France : remaniement et maintenant ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"First Man", Ryan Gosling dans les pas de Neil Armstrong

En savoir plus

L’invité du jour

Reed Brody : "C’est la jurisprudence Pinochet qui a permis le procès d'Hissène Habré"

En savoir plus

FOCUS

Quelles alternatives à la prison pour les condamnés ?

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Le marché florissant du cannabis

En savoir plus

Culture

Gallimard renonce à rééditer les pamphlets antisémites de Céline

© Alain Jean-Robert, AFP | Portrait daté du 12 octobre 1951 à Paris de l'écrivain Louis-Ferdinand Céline.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 11/01/2018

La maison d'édition Gallimard a annoncé, jeudi, avoir suspendu la réédition des écrits pamphlétaires antisémites de l'écrivain Louis-Ferdinand Céline, indiquant que "les conditions méthodologiques et mémorielles" n'étaient "pas réunies".

Faut-il rééditer les pamphlets antisémites de Louis-Ferdinand Céline ? La maison d'édition Gallimard a tranché, jeudi 11 janvier, en annonçant qu'elle suspendait son projet de publier les pamphlets antisémites de l'écrivain.

"Au nom de ma liberté d'éditeur et de ma sensibilité à mon époque, je suspends ce projet, jugeant que les conditions méthodologiques et mémorielles ne sont pas réunies pour l'envisager sereinement", a indiqué Antoine Gallimard dans un texte adressé à l'AFP.

"Curiosité malsaine" versus "faculté de jugement"

"Les pamphlets de Céline appartiennent à l'histoire de l'antisémitisme français le plus infâme. Mais les condamner à la censure fait obstacle à la pleine mise en lumière de leurs racines et de leur portée idéologiques, et crée de la curiosité malsaine, là où ne doit s'exercer que notre faculté de jugement", a estimé l'éditeur. Mais, a-t-il ajouté, "je comprends et partage l'émotion des lecteurs que la perspective de cette édition choque, blesse ou inquiète pour des raisons humaines et éthiques évidentes".

Gallimard souhaitait publier "une édition critique" des pamphlets "sans complaisance aucune" mais le projet – "Bagatelles pour un massacre", "L'École des cadavres" et "Les beaux draps" – avait suscité une levée de boucliers, notamment de la part de Serge Klarsfeld, président de l'association Fils et filles de déportés juifs de France.

Ces textes, rédigés entre 1937 et 1941, constituent "une insupportable incitation à la haine antisémite et raciste", avait estimé, mardi, le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif).

"Brûlots antisémites"

Le président du Crif, Francis Kalifat, avait appelé les éditions Gallimard "à renoncer au projet de réédition de ces brûlots antisémites". "Aucune date de publication n'était fixée à ce stade", a rappelé Antoine Gallimard.

Ils devraient tomber dans le domaine public en 2031 (soit soixante-dix ans après la mort de l'écrivain en 1961) et seront alors libres de droits.

Les pamphlets de l'auteur du "Voyage au bout de la nuit" ne sont pas interdits en France, mais n'ont pas été réédités depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. L'écrivain lui-même, puis sa veuve, Lucette Destouches, âgée de 105 ans, s'y opposaient. Ils peuvent cependant aisément être consultés sur Internet ou achetés chez des bouquinistes.

Avec AFP

Première publication : 11/01/2018

  • LITTÉRATURE

    Un livre à charge dépeint Céline, "antisémite obsessionnel", en agent actif du nazisme

    En savoir plus

  • CULTURE

    "Après mûre réflexion" du ministre, Céline sera privé de célébrations en 2011

    En savoir plus

  • FRANCE

    Gallimard s'offre Flammarion et devient le troisième éditeur français

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)