Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Miss Terre : la Libanaise disqualifiée à cause d'un cliché

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Disparition de Jamal Khashoggi : menaces sur la presse

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts d'Arthur Jugnot

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Art contemporain en banlieue : "Ce qui nous intéresse, c'est la mixité du public"

En savoir plus

#ActuElles

Élections de mi-mandat aux Etats-Unis : un nombre record de femmes candidates

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le casse-tête de la frontière irlandaise

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Burn-out : les absurdités du management moderne

En savoir plus

TECH 24

Femmes dans la tech : comment briser le "clic" de verre

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La pêche, une tradition familiale au Grau-du-Roi

En savoir plus

Découvertes

Le premier prince indien ouvertement gay va construire un centre LGBTQ au pied de son palace

© RENEE NOWYTARGER/NEWSPIX VIA GETTY IMAGES | Le Prince Manvendra Singh Gohil, premier prince ouvertement gay, à Rajpipla, dans le Gujarat en Inde.

Texte par Émilie LAYSTARY

Dernière modification : 11/01/2018

Alors qu'en Inde, la communauté homosexuelle souffre encore d'une stigmatisation institutionnalisée, Manvendra Singh Gohil veut offrir un lieu de refuge et de soins à celles et ceux qui ont été chassés de chez eux pour leur orientation sexuelle.

En Inde, l'homosexualité est toujours un crime. Alors lorsqu'un prince ouvertement gay décide de dédier sa vie à la lutte pour les droits de la communauté LGBTQ, le moins que l'on puisse dire est qu'il ne manque pas de courage.

VOIR AUSSI : Les supporters LGBTQ seront-ils en danger pendant la Coupe du monde 2018 en Russie ?

Manvendra Singh Gohil, 51 ans, est membre d’une des plus vieilles familles royales indiennes. L'homme est bien conscient que les mentalités n'ont pas encore évolué : trop nombreux sont encore les Indien-e-s qui vivent leur homosexualité dans la clandestinité et la constante crainte d'être découvert. Après avoir milité contre le sida, notamment en suspendant des préservatifs aux arbres pour encourager les rapports protégés, le prince a annoncé l'ouverture d'un centre LGBTQ sur les terres entourant son palace.

"Puisque je ne compte pas avoir d'enfants, je me suis dit 'pourquoi ne pas utiliser toute cette place pour une bonne cause ?'", a expliqué Manvendra Singh Gohil auprès de Reuters. L'objectif du centre est d'être d'offrir à la population LGBTQ un refuge, une sensibilisation aux maladies sexuellement transmissibles, des soins médicaux ainsi que des formations professionnelles. 

En Inde, les personnes homosexuelles font partie des couches les plus vulnérables de la société : chassées par leur famille, elles se retrouvent souvent sans domicile fixe. Certains couples ont même dû fuire le pays après avoir été menacés de mort. Cette défiance, Manvendra Singh Gohil en sait quelque chose : lorsqu'il a fait son coming out il y a 10 ans, des gens ont brûlé des effigies de lui dans la rue.

Celui qui a commencé par être renié par sa famille qui l'a déshérité publiquement, avant d'être accueilli à nouveau, veut aujourd'hui lutter contrer toutes les discriminations faites aux individus dont l'orientation sexuelle est jugée hors-norme. Interrogé par la chaîne YouTube "Come Out Loud", il expliquait ne pas être à la recherche de privilège mais plutôt vouloir être un activiste de l'amour.

– Retrouvez l'article de Mashable.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Première publication : 11/01/2018