Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

MHD, le phénomène afro-trap

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Donald Trump se fait l'avocat de Brett Kavanaugh

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

"Zone démilitarisée" à Idleb : Erdogan et Poutine en faiseurs de paix ?

En savoir plus

TECH 24

Hacker les humains

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget 2019 : quels sacrifices ?

En savoir plus

REPORTERS

Colombie : au Catatumbo, "les damnés de la coca"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le tournant ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des arts de Tiken Jah Fakoly

En savoir plus

#ActuElles

Maroc : les droits des femmes encore à conquérir

En savoir plus

Avortement: Des Polonaises manifestent contre le durcissement de la loi

© AFP | Des femmes manifestent devant le parlement polonais qui a décidé d'envoyer en commission un texte durcissant les conditions pour autoriser un avortement en Pologne, le 13 janvier 2018 à Varsovie

VARSOVIE (POLOGNE) (AFP) - 

Quelque deux mille femmes ont manifesté samedi devant le parlement polonais qui avait décidé mercredi d'envoyer en commission un texte durcissant les conditions pour autoriser un avortement en Pologne, pays catholique où il est déjà fortement limité.

Réunies par un froid glacial à l'appel du parti de gauche Razem (Ensemble), les manifestantes ont crié leur colère contre la perspective de plus en plus réelle de supprimer de la loi en vigueur la possibilité d'interrompre la grossesse en cas de malformation du foetus.

Si l'amendement proposé par le Comité "Stop Avortement" est adopté en Pologne, l'IVG ne sera plus autorisée que dans deux cas: risque pour la vie ou la santé de la mère et grossesse résultant d'un viol ou d'un inceste.

Mercredi, le parlement a décidé aussi, par les voix de la majorité conservatrice de Droit et Justice (PiS) mais aussi celles d'une trentaine de députés de l'opposition libérale, de rejeter un deuxième projet d'initiative citoyenne, libéralisant l'IVG et intitulé "Sauvons les femmes 2017".

Le mercredi 10 janvier "est un jour de honte", a scandé Anna Karaszewska, une responsable du Comité "Sauvons les femmes 2017" faisant référence à l'attitude de certains députés de l'opposition.

"Les femmes dont les droits et libertés sont violés aujourd'hui, sont restées seules face à ce problème. Les députés nous ont déçues", a-t-elle déclaré.

"Le PiS fait passer son projet barbare. Les députés de l'opposition ont peur de leur propre ombre", a déclaré Agnieszka Dziemianowicz-Bak, du parti Razem, qui n'est pas représenté au parlement.

Les manifestantes portaient des banderoles avec des mots d'ordre "Sans les IVG légales, les femmes vont mourir" et "Honte!".

Depuis leur arrivée au pouvoir il y a deux ans, les conservateurs ont introduit plusieurs mesures alignées sur les vues de la puissante Église catholique.

Le gouvernement PiS a notamment mis fin dès mi-2016 au programme de financement de la fécondation in vitro par l'État. En mai 2017, il a limité l'accès à "la pilule du lendemain", désormais accessible uniquement sur prescription médicale.

© 2018 AFP