Accéder au contenu principal

Ce chatoyant petit dinosaure découvert en Chine avait des plumes arc-en-ciel sur la tête

Le dinosaure Caijong retrouvé en Chine.
Le dinosaure Caijong retrouvé en Chine. The Field Museum

Des chercheurs ont retrouvé cet animal vieux de 160 millions d'années fossilisé en Chine.

Publicité

Un dinosaure, c’est bien. Un arc-en-ciel aussi. Mais que diriez-vous d’un dinosaure arc-en-ciel ? Une équipe sino-américaine de chercheurs vient de retrouver les restes d’un animal dont la tête et le torse étaient recouverts de plumes multicolores.

VOIR AUSSI : Les sept meilleures découvertes paléontologiques de l’année, parce que les dinosaures c’est la vie

Le fossile, de la taille d’un canard moderne, a été découvert dans le nord-est de la Chine et a été nommé Caihong juji, ce qui veut dire "arc-en-ciel avec une grande crête" en mandarin. 

Dans un article publié par Nature Communications, les paléontologues expliquent avoir trouvé des traces de ces plumes irisées sur le fossile. Celles-ci se retrouvent notamment sur le colibri et leur brillance métallique change de couleur suivant les angles.

Le dinosaure aurait vécu dans les forêts, planant d'arbre en arbre pour chasser des lézards et des petits mammifères, explique Xing Xu, paléontologue à l’Académie chinoise des sciences et des coauteur de l’étude, à National Geographic. "J’ai été choqué par ces magnifiques plumes qui ont été préservées", a-t-il dit.

Vieilles de 160 millions d’années, les plumes n’étaient évidemment plus colorées. Mais l’équipe de scientifiques a retrouvé des cellules melanosomes, rapporte The Independent. Celles-ci contiennent des pigments et donnent donc aux animaux leur couleur. Les données récoltées montrent de nombreuses similitudes entre le Caihong et le colibri moderne, à cela près que la structure osseuse du dinosaure ressemblait plus à celle d’un vélociraptor. 

Reste une question pour l’équipe en charge de l’étude. Comment, et surtout pourquoi, ces plumes irisées sont-elles apparues ? Et à quoi servaient-elles ? On se contentera pour l’instant d’imaginer le Caihong planer d’arbre en arbre, si possible pas trop près de nous, histoire d'admirer ses plumes chatoyer dans le vent.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.