Accéder au contenu principal

L'Arabie saoudite verse deux milliards de dollars au Yémen

Les décombres d'une pompe à essence, après l'attaque aérienne dans la ville de Saada, le 6 janvier 2018.
Les décombres d'une pompe à essence, après l'attaque aérienne dans la ville de Saada, le 6 janvier 2018. AFP

Riyad va signer un chèque de deux milliards de dollars à la banque centrale du Yémen, en faillite, pour répondre aux besoins de ce pays en guerre depuis trois ans. Une guerre dans laquelle le royaume wahhabite est engagé militairement.

Publicité

Dans la guerre civile qui ravage le Yémen depuis plus de trois ans, Riyad manie à la fois la planche à billets et l'arme militaire pour tenter de contrer l'offensive des miliciens houthis soutenus, eux, par l'Iran.

L'Arabie saoudite a annoncé, mercredi 17 janvier, qu'elle allait transférer deux milliards de dollars, soit 1,6 milliard d'euros, à la Banque centrale du Yémen, en manque de liquidités, après des appels pressants du président et du Premier ministre de ce pays.

Cette décision s'inscrit "dans la poursuite du soutien du royaume [saoudien] au peuple yéménite", souligne une déclaration officielle diffusée à Riyad.

Riyad accuse les Houthis de vol

Ce transfert portera à trois milliards de dollars le montant total des sommes transférées par le royaume wahhabite à la Banque centrale du Yémen où la valeur du riyal, la monnaie locale, ne cesse de chuter.

Dans sa déclaration, le gouvernement saoudien a souligné que son aide financière avait pour but de "renforcer le riyal yéménite". Et d'accuser au passage les Houthis d'avoir "volé des revenus" destinés aux services publics et d'avoir aussi "manipulé" le cours du riyal, "affectant sérieusement la vie des Yéménites depuis des années". Le cours de la monnaie locale s'est effondré face au dollar, qui vaut aujourd'hui 500 riyals.

L'Arabie saoudite, qui intervient militairement au Yémen, est elle-même confrontée à de sérieuses difficultés économiques et affichera en 2018 un budget en déficit de 52 milliards de dollars (42,5 milliards d'euros).

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.