Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DANS LA PRESSE

Brexit: "un gouvernement divisé, un parti divisé, une nation divisée"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

La fin des sanctions contre l'Erythrée

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Mais qu'est ce que ça veut dire "mettre le bololo" ?

En savoir plus

LE DÉBAT

Brexit : divorce à l'amiable avec Bruxelles ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"8, avenue Lénine" : le parcours du combattant d'une femme rom en France

En savoir plus

FOCUS

La minorité arménienne de Syrie se reconstruit à Erevan

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Un juge à la Cour suprême incite les Américains à s'investir dans la vie publique

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Yémen : la guerre décryptée

En savoir plus

FACE À FACE

Le mouvement des "gilets jaunes", entre grogne civile et récupération politique

En savoir plus

Afrique

Égypte : le président al-Sissi candidat à sa propre succession

© Khaled Desoudi, AFP | Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi s'est déclaré candidat à sa réelection dans un discours le 19 janvier 2018.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 20/01/2018

Sans surprise, le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a annoncé vendredi être candidat à un deuxième mandat, lors de l'élection présidentielle de mars 2018.

C'est la fin d'un faux suspens. Le président égyptien, Abdel Fattah al Sissi, a annoncé, vendredi 19 janvier, qu'il serait bien candidat à un second mandat lors de l'élection présidentielle dont le scrutin du premier tour aura lieu du 26 au 28 mars. Le second tour, quant à lui, se tiendra du 24 au 26 avril.

Avec une presse au service du pouvoir en place et un complexe processus de désignation des candidats, sa victoire semble déjà acquise.

Abdel Fattah al-Sissi avait été élu avec près de 97% des voix en mai 2014, un an après avoir renversé en tant que chef de l'armée le président Mohamed Morsi, issu des Frères musulmans. Il s'agira du troisième scrutin présidentiel en Égypte depuis la chute d'Hosni Moubarak en 2011 lors du "Printemps arabe".

L'ancien Premier ministre Ahmed Chafik, un moment vu comme un possible rival du président Sissi, a finalement dit au début du mois qu'il n'envisageait pas de se présenter. Le général Sami Anan, ancien chef d'état-major des forces armées, sera candidat au nom du Parti arabiste égyptien.

L'avocat et défenseur des droits humains Khaled Ali, qui a fait appel d'une condamnation à trois mois de prison prononcée en septembre, pourrait, lui, ne pas pouvoir se présenter si son appel est rejeté. La décision est attendue le 7 mars.

Les prétendants ont jusqu'au 29 janvier pour s'inscrire et doivent obtenir le parrainage d'au minimum vingt membres du Parlement et d'au moins 25 000 électeurs dans au moins 15 gouvernorats.

Avec Reuters

Première publication : 19/01/2018

  • DIPLOMATIE

    Statut de Jérusalem : l'Égypte soutient la position américaine, affirme le New York Times

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Égypte : l'ex-Premier ministre Ahmed Chafik renonce à se présenter à l'élection présidentielle

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Les coptes d'Égypte célèbrent Noël après une année d'attaques terroristes

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)