Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

"Davos du désert" à Riyad entre tensions et contrats

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Stéphane Troussel : "L'État est défaillant en Seine-Saint-Denis"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Joachim Son-Forget : "Je ne suis pas déçu par l'action du président"

En savoir plus

FOCUS

Suicide d'agriculteurs en France : l'épidémie silencieuse

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Romain Duris : "On ne me connaît pas en dehors de mes rôles, et tant mieux"

En savoir plus

L’invité du jour

Annick Girardin : le référendum en Nouvelle-Calédonie est "historique"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Caravane des migrants : Trump "ne fait qu'empirer les choses"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Affaire Khashoggi : "Le prince et le meurtre"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Luis Almagro : "Une enquête sur le Venezuela doit être ouverte à la CPI"

En savoir plus

Amériques

Budget fédéral américain : premier obstacle franchi pour Trump avant un vote serré au Sénat

© Mark Wilson / Getty Images / AFP (archives) | Le Sénat, à Washington DC.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 19/01/2018

Donald Trump a surmonté jeudi un obstacle à la Chambre des représentants qui a voté un budget provisoire pour éviter la paralysie des administrations fédérales. Pour être définitivement adopté, il doit être approuvé au Sénat ce vendredi avant minuit.

Le compromis entre républicains et démocrates trouvé ce jeudi par la Chambre des représentants américaine doit maintenant être confirmé par les sénateurs, avant la date fatidique de ce vendredi à minuit, faute de quoi la paralysie de l'administration fédérale, le "shutdown", serait mise en oeuvre.

Le texte de loi vise un compromis jusqu'au 16 février, il a été adopté par la Chambre par 230 voix contre 197. Le texte a été transmis au Sénat, qui doit se prononcer avant l'échéance de vendredi minuit.

Mais cette étape risque de s'avérer délicate étant donné l'opposition exprimée par des sénateurs, aussi bien démocrates que républicains, au texte voté par la Chambre.

Éviter un blocage de l'administration

"Le contenu (de ce texte) est bipartisan. Il ne contient aucune disposition susceptible de déplaire à mes amis démocrates", a déclaré Mitch McConnell, chef de file de la majorité républicaine au Sénat en référence à la loi promulguée
par la Chambre. Il a ajouté que les démocrates avaient pour objectif de
"prendre tout le pays en otage" en exigeant que soit tout de suite résolu un "problème non-imminent" lié à l'immigration.

Les démocrates ont en effet annoncé vouloir trouver un accord sur l'immigration sous peine de ne pas voter pour la loi de financement proposée au Sénat par les républicains afin d'éviter un blocage de l'administration.

En septembre, l'administration Trump a annoncé l'abrogation du programme Daca (Deferred Action for Childhood Arrivals), qui protège des jeunes migrants clandestins, une suppression qui est cependant à ce stade bloquée par la décision du juge de district de San Francisco.

> À lire : Céder à Trump pour sauver les Dreamers ? Le dilemme des Républicains

Incertitudes

Grâce au programme Daca, instauré par Barack Obama en 2012, près de 700 000 jeunes gens, connus sous le nom de "Dreamers", entrés illégalement sur le territoire américain avec leurs parents, sont protégés contre toute expulsion des États-Unis et autorisés à travailler légalement.

Étant donné les incertitudes entourant le sort du texte relatif à la poursuite du financement de l'État fédéral au Sénat, il a été ordonné à certaines agences de se préparer à des fermetures partielles ("shutdown") à travers le pays à partir de
samedi.

Chuck Schumer, qui dirige la minorité démocrate au Sénat, a en effet déclaré que la loi votée par la Chambre "devrait très vraisemblablement être considéré comme inacceptable par le Sénat".

Reuters

Première publication : 19/01/2018

  • ÉTATS-UNIS

    Céder à Trump pour sauver les Dreamers ? Le dilemme des démocrates

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Obamacare : le Sénat vote l'ouverture du débat sur l'abrogation du texte

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)