Accéder au contenu principal

Latifa Ibn Ziaten, mère d'une victime de Merah, candidate au prix Nobel de la paix

Latifa Ibn Ziaten lutte contre la radicalisation depuis la mort de son fils, en mars 2012.
Latifa Ibn Ziaten lutte contre la radicalisation depuis la mort de son fils, en mars 2012. latifanobeldelapaix.info

Une association lyonnaise a déposé sa candidature pour le prix Nobel de la paix 2018. Depuis l'assassinat de son fils militaire par Mohamed Merah en mars 2012, Latifa Ibn Ziaten lutte contre la radicalisation islamiste dans les écoles et les prisons.

PUBLICITÉ

"Parce qu'elle est devenue un acteur du dialogue interreligieux, un grand témoin de la tolérance et de la Paix par son témoignage et la force de son combat". "Parce que son combat pacifique ouvre une brèche lumineuse au cœur des obscurités du monde". "Parce que son visage, sa voix, son combat sont devenus familiers à des millions de gens, en Europe et au Maghreb surtout. Son courage force le respect."

>> À lire : "Ma chère fille salafiste", récit d'une mère sur la radicalisation de son enfant de 12 ans

C'est ainsi que l'association lyonnaise l'Hospitalité d'Abraham défend la candidature de Latifa Ibn Ziaten pour le prix Nobel de la paix 2018 sur le site latifanobeldelapaix.info. Cette Franco-Marocaine de 57 ans est devenue le symbole de la lutte contre la radicalisation. Un mois seulement après la mort de son fils, en avril 2012, Latifa Ibn Ziaten a créé une association à son nom : Imad association pour la jeunesse et la paix. Depuis, elle sillonne le monde, parle aux jeunes dans les cités, les écoles, les prisons, pour les convaincre de ne pas tomber dans le piège des terroristes jihadistes.

>> À lire : La France teste un dispositif de déradicalisation expériemental

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.