Accéder au contenu principal

Afghanistan : 18 morts, dont 14 étrangers, dans l'attaque de l'hôtel Intercontinental à Kaboul

Vue de l'extérieur de l'hôtel Intercontinental de Kaboul, en Afghanistan.
Vue de l'extérieur de l'hôtel Intercontinental de Kaboul, en Afghanistan. Shah Marai, AFP

L'attaque de l'hôtel Intercontinental à Kaboul par un commando d'hommes armés, revendiquée par les Taliban, a duré douze heures et a fait au moins 18 morts, dont 14 étrangers étrangers.

Publicité

Des assaillants ont fait irruption dans un hôtel de luxe de Kaboul, samedi 20 janvier, dans la soirée, déclenchant une explosion avant de tirer à vue sur les clients et le personnel. L'attaque, revendiquée dimanche par les Taliban, a duré douze heures et a fait au moins 18 morts, dont 14 étrangers.

"Quatorze étrangers et quatre Afghans ont été tués", a déclaré le porte-parole du ministère de l'Intérieur Najib Danish, à la chaîne Tolo news.

"Plusieurs Ukrainiens" figurent parmi les victimes, a déclaré de son côté à l'AFP un responsable du ministère des Affaires étrangères à Kiev, Vasyl Kyrylych, sans donner de nombre exact. "D'autres informations seront annoncées lundi matin", selon un communiqué du même ministère.

"126 personnes ont été secourues dont 41 étrangers", avait annoncé un peu plus tôt le porte-parole du ministère de l'Intérieur, confirmant également la présence de six assaillants, tous abattus.

Nuit de terreur

Après avoir coupé l'electricité dans le bâtiment situé sur une colline de l'ouest de la capitale afghane, le commando a mis le feu au quatrième étage avant de se retrancher au deuxième, selon une source sécuritaire. L'attaque a duré douze heures.

Des "opérations de nettoyage étaient toujours en cours au sixième étage" pour faire exploser les munitions restantes, a-t-il ajouté. Selon une source de sécurité, le dernier membre du commando s'était retranché "dans une grande chambre avec des otages, afghans et étrangers" qu'il menaçait de tuer. Avant d'être abattu.

"On l'entend crier aux otages qu'il les tuera tous s'il ne peut pas s'en sortir", précisait cette source, illustrant ainsi la terreur qui a régné toute la nuit dans l'établissement, l'Intercontinental de Kaboul, propriété de l'État afghan et non de la chaine internationale éponyme.

Alors qu'une fumée noire s'échappait du sixième et dernier étage peu après 3h30 (GMT) dimanche, des hommes ont tenté de s'enfuir par un balcon au moyen de draps noués. L'un d'eux a lâché prise, en direct à la télévision.

Au cours de la nuit, les forces spéciales afghanes, épaulées par des forces de l'Otan ont repris progressivement le contrôle des étages.

>> À lire aussi : Afghanistan : attaque meurtrière contre une chaîne de télévision privée à Kaboul

 

Une première attaque en 2011

Cet hôtel, prisé des Afghans aisés et des étrangers, a déjà été la cible d'une précédente attaque en juin 2011, revendiquée par les Taliban, qui avait fait 21 morts. Depuis, le lieu était placé sous haute surveillance, avec accès réservés, vérification des voitures, et portiques de détections aux entrées.

Un comptable de l'hôtel qui a pu s'échapper grâce à sa bonne connaissance des lieux a affirmé à l'AFP que "les gardes se sont sauvés sans combattre, ils n'ont pas riposté, ils n'avaient aucune expérience".

L'attaque intervient quelques jours après la visite d'une délégation du Conseil de sécurité des Nations unies à Kaboul, qui s'est achevée lundi 15 janvier, et au lendemain d'une réunion de haut niveau du Conseil au siège de l'ONU à New York consacrée à l'Afghanistan.

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.