Accéder au contenu principal

États-Unis : échec du vote sur le budget, l'administration fédérale au chômage technique

Le Sénat a voté contre par 50 voix une proposition de loi visant à prolonger le financement du gouvernement fédéral, vendredi 19 janvier.
Le Sénat a voté contre par 50 voix une proposition de loi visant à prolonger le financement du gouvernement fédéral, vendredi 19 janvier. Chip Somodevilla, Getty Images North America, AFP

Les Sénateurs ont échoué vendredi à voter la prolongation du financement du gouvernement fédéral. Conséquence : Washington se retrouve à court d'argent, provoquant la fermeture partielle de l'administration fédérale.

PUBLICITÉ

Un an jour pour jour après l'élection de Donald Trump, les États-Unis entrent dans une période de turbulences avec la fermeture partielle de l'administration fédérale. Malgré d'intenses tractations ces derniers jours, la majorité républicaine, l'opposition démocrate ainsi que la Maison Blanche n'ont pas pu se mettre d'accord sur un budget, même temporaire, qui aurait permis d'éviter ce "shutdown" entré en vigueur à minuit (heure de Washington).

>> À voir aussi sur France 24 : Un an à la Maison Blanche, le monde selon Trump

Les républicains, majoritaires avec 51 sièges au Sénat, n'ont obtenu vendredi 19 janvier, que 50 voix, loin des 60 voix (sur 100) nécessaires pour voter l'extension du budget fédéral jusqu'au 16 février. La Chambre des représentants l'avait adopté jeudi.

"Nous ne négocierons pas le statut des immigrants illégaux"

Dans un communiqué, la Maison Blanche rend les démocrates responsables de la situation, ajoutant qu'elle n'avait pas l'intention de négocier la réforme de l'immigration, qui était pourtant une condition sine qua non posée par les démocrates pour voter le prolongement des financements fédéraux. "Nous ne négocierons pas le statut des immigrants illégaux tant que les démocrates tiennent en otage les citoyens avec leurs exigences irresponsables", ajoute la présidence.

En septembre, l'administration Trump a annoncé l'abrogation du programme Daca (Deferred action for childhood arrivals), qui protège des jeunes migrants clandestins, une suppression programmée pour le début du mois de mars mais qui est à ce stade bloquée par la décision d'un juge de San Francisco. Grâce au programme Daca, instauré par Barack Obama en 2012, près de 700 000 jeunes connus sous le nom de "Dreamers", entrés illégalement sur le territoire américain avec leurs parents, sont protégés de toute expulsion des États-Unis et autorisés à travailler légalement.

La fermeture de l'administration "était 100 % évitable", a affirmé le patron des sénateurs républicains, Mitch McConnell, à l'adresse des démocrates. "Ce sera appelé le Trumpshutdown car personne, personne ne mérite autant que le président Trump d'être jugé responsable de la situation dans laquelle nous nous trouvons", lui a répondu le chef des sénateurs démocrates Chuck Schumer.

Première fois depuis 2013

De ce fait, pour la première fois depuis 2013, le gouvernement fédéral va devoir fermer certaines agences à travers le pays et suspendre le versement des salaires des fonctionnaires. Il se traduira par la mise au chômage technique sans paie de plus de 850 000 employés fédéraux considérés comme "non essentiel" au fonctionnement de l'administration.

Il est impossible de savoir combien de temps durerait cette nouvelle fermeture, les tractations entre les deux partis devant très vite reprendre. Chuck Schumer a demandé au président de convoquer d'urgence une réunion à la Maison Blanche avec les leaders des deux partis pour trouver un compromis.

Les démocrates ont indiqué qu'ils n'accepteront de voter pour un texte que s'il pérennise la régularisation de 690 000 jeunes "Dreamers".

Avec AFP et Reuters

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.