Accéder au contenu principal

Pape François: messe géante dans un Pérou fervent, après la douche froide au Chili

4 mn
Publicité

Lima (AFP)

Le pape François termine dimanche sa tournée en Amérique latine par une messe géante à Lima, où les Péruviens l'ont accueilli avec une ferveur qui contraste avec l'accueil plutôt froid lors de son étape au Chili, pays secoué par la polémique sur les scandales de pédophilie.

Les traits tirés par un voyage d'une semaine dans six villes, le pape âgé de 81 ans a salué au réveil les nombreux Péruviens qui l'attendaient devant la nonciature apostolique où il réside, dont beaucoup avaient dormi sur place, avant de traverser la capitale en papamobile, accompagné par une foule enthousiaste.

Au sanctuaire du Seigneur des miracles - patron de Lima -, le pape a prononcé une homélie devant 500 soeurs contemplatives cloîtrées et s'est recueilli devant une icône révérée du Christ peinte au 17e siècle et qui fait l'objet de récits miraculeux.

"Les ragots dans le couvent sont comme des terroristes: ils lancent une bombe et ils s'en vont", a-t-il lancé aux religieuses, suscitant rires et réactions embarrassées dans le public. "S?urs terroristes, non, mordez-vous la langue" avant de parler, leur a-t-il dit.

Le souverain pontife, qui avait reçu à la nonciature dans la matinée quatre détenus ainsi qu'une fillette avec un appareil respiratoire, transportée en ambulance, a ensuite rencontré les évêques péruviens à qui il a lancé une autre mise en garde: "Chers frères, travaillez pour l?unité, ne restez pas prisonniers des divisions qui fractionnent et limitent la vocation".

Point d'orgue de son étape péruvienne, François célèbrera dans l'après-midi une messe géante sur une base aérienne au sud de Lima où sont attendues près d'un million de personnes.

Le souverain pontife avait déjà célébré samedi à Trujillo, à 560 kilomètres au nord de Lima, une messe devant 200.000 fidèles face à la mer, se livrant à d'impressionnants bains de foule à bord de sa papamobile.

Très attendu en début de semaine au Chili sur la question des scandales d'abus sexuels perpétrés par des prêtres, le pape avait d'abord marqué des points en rencontrant des victimes et en exprimant "sa honte".

- Message brouillé -

Mais François a ensuite brouillé son message et choqué bon nombre de Chiliens au tout dernier jour de sa visite, en donnant une accolade publique à Mgr Juan Barros, soupçonné d'avoir gardé sous silence les agissements d'un vieux prêtre pédophile défroqué par le Vatican.

Il avait tenu juste auparavant des propos très peu apaisants pour les victimes d'abus sexuels.

"Le jour où vous m'apportez une preuve contre l'évêque Barros, je vous parlerai. Il n'y a pas une seule preuve contre lui. Tout est calomnie. C'est clair?", avait lancé jeudi le pape, interpellé par des journalistes chiliens.

Le cardinal Sean Patrick O'Malley, qui dirige une commission anti-pédophilie au sein du Vatican, a jugé "compréhensible" samedi que les propos du pape aient pu provoquer "une grande douleur" chez les victimes. Mais il a mis en avant la grande sincérité du pape lorsqu'il prône la tolérance zéro contre les actes pédophiles au sein de l'Eglise.

Pour autant, cette polémique ne suffit pas à expliquer le moindre engouement des Chiliens envers la visite papale.

Ceux ci, marqués par la dictature d'Augusto Pinochet, manifestent de la défiance envers toutes les formes de pouvoir, y compris celui de l'Eglise, explique un observateur.

Pays le plus critique de l'Eglise catholique en Amérique latine, il connaît en outre une révolution sociétale qui cadre peu avec une église réputée conservatrice et quelque peu hautaine.

Le pays a approuvé l'avortement thérapeutique et le Parlement examine la légalisation du mariage homosexuel, après avoir adopté les unions civiles entre personnes du même sexe. Lundi, une commission parlementaire a approuvé un projet de loi visant à reconnaître les personnes transsexuelles.

Le temps fort du 22e voyage du pape - grand défenseur du climat et des peuples indigènes - reste sa première visite en Amazonie, à Puerto Maldonado (sud-est), face à des milliers d'indigènes péruviens, brésiliens et boliviens.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.