Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Cotisations sociales : la machine à redistribuer

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : Cellou Dalein Diallo chef de l'opposition est l'invité du Journal de l'Afrique

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Royaume-Uni - Brexit : Quelles issues pour Theresa May et le Royaume-Uni ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Yarol Poupaud

En savoir plus

#ActuElles

Des employées enceintes harcelées au Japon

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Projet d'accord sur le Brexit : Theresa May, une première ministre bien isolée

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'avenir incertain de la démocratie libérale

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Dans le nord, sur la route de l’Art déco

En savoir plus

TECH 24

Audrey Tang, la hackeuse taïwanaise devenue ministre

En savoir plus

Découvertes

Il y a 50 ans, la Corée du Nord a capturé un navire espion américain et le détient toujours

© KCNA/Korea News Service

Texte par Steven JAMBOT

Dernière modification : 22/01/2018

Le 23 janvier 1968, en pleine guerre froide, l'USS Pueblo a été capturé par la Corée du Nord. Cinquante ans plus tard, il fait toujours office de trophée, devenu une véritable attraction en plein cœur de Pyongyang.

Alors que les tensions entre Washington et Pyongyang se sont multipliées ces derniers mois survient l'anniversaire d'un des événements majeurs de la guerre froide... qui est longtemps resté peu connu : il y a 50 ans, la marine nord-coréenne a capturé un navire de guerre américain dédié au renseignement, rappelle Quartz. Une telle prise d'un bâtiment de guerre américain n'était plus arrivée depuis la guerre civile américaine, 153 ans plus tôt.

VOIR AUSSI : L'armée américaine s'entraîne au combat dans des tunnels (et la Corée du Nord en serait truffée)

Parti le 11 janvier du port japonais de Sasebo, l'USS Pueblo était en mission en mer du Japon. La météo était exécrable : la mer était déchaînée et la glace gelait les instruments de navigation. À bord, quand les marins ne vomissaient pas, ils étaient au bout du rouleau ou complètement hagards, écrit CNN dans un long article consacré à toute cette histoire. La mission se déroulait donc plutôt mal pour ce navire peu armé qui était dédié au renseignement qui emportait à son bord du matériel de détection et de cryptage. 

Le 23 janvier 1968, alors qui croisait en mer du Japon, l'USS Pueblo a d'abord été approché par un chasseur de sous-marins qui lui a demandé de s'identifier. Il a répondu en hissant le drapeau américain.

Le navire nord-coréen a alors ordonné à l'équipage de se rendre sous peine d'engager le combat. L'USS Pubelo a tenté une manœuvre de dégagement mais a été attaqué de toutes parts par le chasseur de sous-marins soutenu par trois vedettes lance-torpilles et deux avions de combat MiG-21. 

Un Américain a été tué et 82 autres faits prisonniers. Le bâtiment a été escorté jusqu'au port de Wonsan, sur la côte est de la Corée du Nord, et son équipage placé dans des camps de prisonniers de guerre.

Des mois de négocations diplomatiques

L'affaire a eu un retentissement considérable, la Corée du Nord a assuré que le bateau américain avait pénétré dans ses eaux territoriales au moment de la capture, mais Washington a soutenu qu'il était dans les eaux internationales. Au conseil de sécurité de l'ONU, l'ambassadeur américain montre sur une carte la dernière position connue du bateau.

Les négociations diplomatiques durent des mois. Les États-Unis sont alors engagés au Vietnam et déploient des porte-avions en Corée du Sud. L'Union soviétique, alliée de la Corée du Nord, envoie des bateaux de guerre en mer du Japon.

La situation est alors explosive. Le président américain Lyndon Johnson se voit présenter des idées de représailles. Parmi elles, des frappes nucléaires (deuxième page de ce PDF). Il opte pour la voie diplomatique. Américains et Nord-Coréens se retrouvent plusieurs fois en secret dans la zone démilitarisée entre les deux Corées. 

Pendant ce temps, les soldats américains sont affamés, torturés durant leur détention, certains subissant des simulacres d'exécution. Les mauvais traitements auraient d'ailleurs empirés lorsque les geôliers se sont aperçus que leurs prisonniers faisaient des doigts d'honneur sur les photos prises durant leur captivité.

Les autorités nord-coréennes ont quant à elle tout le loisir d'analyser les documents et de comprendre le fonctionnement du matériel saisis.

Finalement, le 23 décembre 1968, des représentants des États-Unis ont fini par signer des "aveux" expliquant que oui, le Pueblo était entré dans les eaux nord-coréennes – quand bien même ce n'était pas le cas – et qu'ils ne recommenceraient plus. Satisfaits d'avoir humilié les Américains, les Nord-Coréens ont laissé repartir les prisonniers qui sont rentrés chez eux pour Noël.

Une prise de guerre exposée à Pyongyang

Si les marins ont pu repartir, ce n'est pas le cas de l'USS Pueblo, qui est toujours en Corée du Nord où il a été transformé en attraction touristique, pièce phare du musée de la guerre victorieuse, en plein Pyongyang, sur le fleuve Taedong.

Le navire est l'objet de soins constants et est régulièrement repeint. Les visites sont conduites par des guides militaires qui qualifient les Américains d'"agresseurs impérialistes", et imposent de visionner une vidéo de propagande préalable.

C'est le seul vaisseau de l'US Navy retenu par un gouvernement étranger, rappelle Quartz. Mais il est toujours considéré comme "en service" par la marine américaine.

Il y a quelques années encore, il était question qu'il soit restitué à son propriétaire, dès que les relations avec les États-Unis se seraient améliorées. Mais on voit peu comment cela pourrait arriver maintenant.

Cela nous permet en tout cas de nous rappeler que les tensions entre Washington et Pyongyang sont bien antérieures aux insultes que s'envoient régulièrement Donald Trump et Kim Jong-un. Et qu'en 1968, s'asseoir et parler a pris le dessus sur l'escalade militaire.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Première publication : 22/01/2018