Accéder au contenu principal

Démission du chef économiste de la Banque mondiale

L'ancien chef économiste de la Banque mondiale, Paul Romer, le 31 janvier 2017, à Paris.
L'ancien chef économiste de la Banque mondiale, Paul Romer, le 31 janvier 2017, à Paris. Éric Piermont, AFP

L'homme qui avait créé une polémique en accusant la Banque mondiale d'avoir eu un jugement biaisé sur le Chili pendant les années Bachelet a démissionné mercredi de son poste de chef économiste de l'institution.

Publicité

Le chef économiste de la Banque mondiale Paul Romer a démissionné après avoir occupé ce poste pendant 15 mois, rapporte mercredi 25 janvier le Financial Times, qui cite une note transmise en interne du président de la banque, à laquelle il a eu accès.

Dans un message envoyé en interne mercredi, le président Jim Yong Kim a annoncé que Paul Romer lui avait fait part de sa décision de quitter ses fonctions, avec "effet immédiat”, et de reprendre son poste de professeur à l'Université de New York.

>> À lire : La Banque mondiale accusée d'avoir été injuste avec le Chili de Michelle Bachelet

Selon le quotidien, l'économiste était en conflit avec ses équipes quasiment depuis sa prise de fonctions en octobre 2016, notamment sur la méthodologie et la rédaction des rapports.

Il s’était en particulier fait remarquer début janvier en accusant dans le Wall Street Journal la Banque mondiale d’avoir volontairement mal classé le Chili dans son classement des pays où il fait bon faire des affaires lors des années où Michelle Bachelet était au pouvoir.

Les remous créés par ses déclarations sont-ils à l’origine de sa démission ? Paul Romer a refusé de s’exprimer mercredi. Le Financial Times rappelle par ailleurs qu’il avait récusé ses propos au sujet du Chili dans son blog personnel : "Ce n’est pas ce que j’ai voulu dire ou ce que j’ai cru avoir dit. Je n’ai constaté aucun signe de manipulation des chiffres publiés dans le rapport Doing Business ou dans quelque autre rapport publié par la Banque mondiale".

Avec Reuters

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.