Accéder au contenu principal

Offensive turque en Syrie : l'Otan demande à la Turquie de la mesure

La ville d'Afrin, dans le nord de la Syrie, est la cible d'une offensive turque depuis plusieurs jours.
La ville d'Afrin, dans le nord de la Syrie, est la cible d'une offensive turque depuis plusieurs jours. Ahmad Shafia Bilal, AFP

Le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, a jugé jeudi que la Turquie avait "le droit de se défendre", mais "de manière proportionnée et mesurée", à propos de l'offensive dans le nord de la Syrie contre des milices kurdes.

Publicité

Après plusieurs jours de silence, l'Otan a fini par réagir, jeudi 25 janvier, sur l'offensive de la Turquie dans le nord de la Syrie contre des milices kurdes accusées de "terrorisme". Jens Stoltenberg, patron de l'alliance militaire, a jugé que la Turquie "avait le droit de se défendre", mais de "manière proportionnée et mesurée".

>> À voir, l'Entretien de France 24 : "Mevlüt Cavusoglu : 'L'opération turque en Syrie pourrait s'étendre'"

"La Turquie est l'un des pays de l'Otan qui a le plus souffert du terrorisme. Toutes les nations ont le droit de se défendre, mais ceci doit être fait de manière proportionnée et mesurée", a affirmé le secrétaire général de l'Otan dans un communiqué.

La Turquie, deuxième puissance militaire de l'Otan après les États-Unis, "a briefé cette semaine les Alliés à l'Otan sur son opération dans le nord de la Syrie", a-t-il ajouté.

Jens Stoltenberg a précisé qu'il avait été en contact avec le président turc Recep Tayyip Erdogan à propos de cette offensive, mais aussi avec le chef de la diplomatie allemande Sigmar Gabriel, qui a réclamé jeudi que les 29 pays de l'Otan "discutent" de cette offensive.

La Turquie veut poursuivre jusqu'au bout

Le même jour, le président Erdogan s'est rendu au QG de commandement de l'opération dans la province frontalière de Hatay, en compagnie du chef de l'armée et du ministre de la Défense.

>> À lire : Le jeu trouble des États-Unis et de la Russie à la frontière turco-syrienne

Lors de ce déplacement, M. Erdogan a affirmé que l'offensive contre la milice kurde des Unités de protection du peuple (YPG) se poursuivrait "jusqu'à ce que le résultat soit obtenu", selon un communiqué de la présidence turque.

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.