Accéder au contenu principal

Dans l’industrie de la musique, les inégalités entre hommes et femmes s’accentuent

Pink imite le poster "We Can Do It !" dans le clip "Raise your glass".
Pink imite le poster "We Can Do It !" dans le clip "Raise your glass". Capture YouTube

Une étude menée par le think tank The Annenberg Inclusion Initiative prouve que les inégalités de genre n’ont jamais été aussi fortes dans les métiers de chanteur.se, auteur.e et producteur.rice.

PUBLICITÉ

Jamais une seule femme n’a été nommée dans la catégorie "producteur de l’année" aux Grammy’s depuis six ans. Et lorsqu’on élargit aux cinq catégories les plus prestigieuses de cette cérémonie culte, les femmes ne représentent que 9,3 % des artistes nommés, écrasés par 90,7 % d’hommes. L’institution de National Academy of Recording Arts and Sciences serait-elle sexiste ? Pas forcément. Elle n’est en fait que le reflet de l’état de l’industrie musicale.

VOIR AUSSI : Pourquoi tout le monde pense que le rap est forcément une musique d’hommes misogynes

Les chercheurs du think tank The Annenberg Inclusion Initiative, rattaché à l’université de Californie du Sud, ont mené une étude intitulée "L’inclusion dans les studios d’enregistrement ?" et publiée jeudi 25 janvier 2018. Ils ont passé en revue plus de 600 chansons sorties entre 2012 et 2017 et se sont intéressés au genre et à l’origine ethnique de ces chanteur.se.s, parolier.e.s et producteur.rice.s.

"Les femmes sont poussées à la marge ou exclues des processus créatives"

On y apprend que 2017 est la pire des six dernières années en termes de représentativité des femmes. Parmi les 100 chansons les plus populaires de l’année précédente (du classement Billboard Hot 100) moins de 17 % sont interprétées par des artistes féminines – contre 28,1 % en 2016 et 25,1 % en 2015. "Les voix de femmes manquent dans la musique populaire", analyse Stacy L. Smith, professeure et fondatrice de The Annenberg Inclusion Initiative qui a mené l’étude. "C’est encore un autre exemple de ce qu’on voit dans l’écosystème du divertissement : les femmes sont poussées à la marge ou exclues des processus créatives."

Et si le ratio entre hommes et femmes n’est pas glorieux du côté des chanteurs.ses, il s’aggrave dans les métiers de parolier.e et de producteur.rice. Parmi les 600 chansons à succès qui ont rythmé ces six dernières années, seul 12,3 % ont été écrites par des femmes. Quand 2 % ont été produites par des femmes, ce qui équivaut à une femme pour 49 hommes. "Le manque des femmes parolières et productrices prouve que l’épidémie d’invisibilité dont on a fait l’inventaire pour les femmes dans des rôles clés de création au cinéma et à la télévision s’est propagée à la musique. Ces chansons sont comme beaucoup d’autres formes culturelles – elles reflètent une perspective majoritairement masculine", poursuit Stacy L. Smith dans un article de l’université.

"Une poignée d’hommes dicte les discours"

Au cours de ses recherches, l’équipe a également remarqué que Rihanna, Taylor Swift, Nicki Minaj ou Katy Perry avaient, plus que les hommes, tendance à écrire leurs propres chansons ou à ne travailler qu’avec des femmes pour cette tâche. Une habitude qui mériterait d’être modifiée. "Devenir plus inclusif signifierait que tout le monde fasse un pas en avant et fasse des choix pour mettre de nouvelles voix et de nouvelles perspectives sur la table."

Alors que dans l’opinion publique, des femmes à l’image de Jessica Chastain se sont emparées du souci des inégalités salariales et/ou de représentation à Hollywood, il est temps qu’il se passe de même dans l’industrie de la musique, "encore trop aux mains d’une poignée d’hommes qui dicte les discours". "Élargir la place et l’influence des femmes dans tous les domaines de l’industrie culturelle est impératif pour donner aux femmes une voix équitable dans la sphère publique", conclut la directrice de l’étude.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.