Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Une présence jihadiste, mais pas d'attentat : le cas singulier de l'Italie

En savoir plus

L’invité du jour

Reza : "Je ne suis pas photographe de guerre, je suis correspondant de paix "

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Vers un baril de pétrole à 100 dollars d'ici fin 2018 ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"ONU : multilatéralisme vs. souveraineté"

En savoir plus

LE DÉBAT

Quelle réponse de l'Iran après l'attentat d'Ahvaz ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Harkis, une si longue attente"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

L'Élysée enlisé dans la parodie

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Tunisie : le cap Bon sous les eaux

En savoir plus

FOCUS

L'IVG en Allemagne, un parcours de combattante

En savoir plus

FRANCE

La Seine continue de monter mais le pic de crue devrait être moins élevé que prévu à Paris

© Ludovic Marin, AFP | La Seine atteignait samedi vers 06h00, 5,69 m au pont d'Austerlitz.

Vidéo par Gary SCHIMMEL BAUER

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 27/01/2018

Le pic de crue de la Seine devrait finalement être moins élevé à Paris que celui de 2016, selon les prévisionnistes. Le fleuve, fermé à la navigation, atteignait samedi vers 09h50, 5,70 m au pont d'Austerlitz.

Le pic de crue de la Seine, attendu ce week-end à Paris, devrait finalement être moins élevé que celui de 2016, même si le fleuve continuait de monter dans la nuit de vendredi à samedi.

La Seine, fermée à la navigation, atteignait samedi vers 09h50, 5,70 m au pont d'Austerlitz. Elle atteignait 5,62 m vendredi vers 17H00.

Alors que vendredi le pic était prévu pour se situer entre 5,80 et 6 mètres "lors du week-end", l'organisme de surveillance Vigicrues a affiné samedi sa prévision : environ 5,90 m, dimanche soir au plus tôt. Soit en-dessous de la crue de 2016 (6,10 m) et très loin de la crue historique de 1910 (8,62 m).

D'après une porte-parole  Vigicrues, Rachel Puechberty, le niveau le plus haut pour la Seine devrait persister "une douzaine d'heures" à Paris dimanche et lundi, avant le début d'une décrue qui prendra beaucoup de temps.

Les inquiétudes liées à un nouveau front pluvieux, venu réalimenter jeudi les cours d'eau du bassin de la Seine, semblent donc être écartées. "Une franche accalmie au niveau des précipitations est attendue sur l'hexagone à partir de samedi. Cette accalmie devrait durer plusieurs jours", selon Vigicrues.

À l'origine de ce phénomène de crue, qui touche diverses régions de la France depuis quelques jours, des précipitations importantes sur des sols gorgés d'eau. Le bimestre décembre-janvier est l'un des trois plus pluvieux depuis le début des relevés en 1900, selon Météo-France. Météo France laissait encore samedi 13 départements "en vigilance orange en raison des crues sur les bassins de la Seine, de la Saône et de leurs affluents", mais leur nombre devrait baisser.

La Seine devrait rester élevée plusieurs jours après le pic

Au total, en Île-de-France, 666 personnes ont été évacuées, selon la préfecture de police. Moins de 1 400 abonnés sur 6,2 millions sont privés d'électricité, mais ce chiffre pourrait monter à 14 000, selon Enedis, le gestionnaire du réseau.

En Seine-et-Marne, huit communes étaient touchées par des restrictions d'usage de l'eau potable, plusieurs écoles fermées et des routes partiellement coupées.

Dans les Yvelines, le centre hospitalier de Meulan-Les Mureaux, où étaient soignés 86 patients, a été évacué vendredi soir. Sept gares parisiennes du RER C, en bordure du fleuve, restaient fermées samedi jusqu'à nouvel ordre.

Globalement, "les décrues sont désormais bien amorcées sur la majorité des parties amont des cours d'eau. Les pics de crue poursuivent leur propagation vers les parties aval, propagations plus ou moins lentes en fonction des secteurs", a résumé Vigicrues.

Avec AFP

 

Première publication : 27/01/2018

COMMENTAIRE(S)