Accéder au contenu principal

Tibéhirine : les sept moines assassinés en 1996 reconnus martyrs en vue de leur béatification

Les tombes des sept moines assassinés, au monastère Notre-Dame-de-l'Atlas, à Tibéhirine.
Les tombes des sept moines assassinés, au monastère Notre-Dame-de-l'Atlas, à Tibéhirine. Fayez Nureldine, AFP

Les sept moines français de Tibéhirine, assassinés en Algérie en 1996, ont été reconnus martyrs par le Vatican. Il font partie d’un groupe de dix-neuf religieux qui vont être béatifiés par l'Église catholique.

Publicité

Christian, Bruno, Christophe, Célestin, Luc, Paul et Michel, les sept moines français de Tibéhirine assassinés en Algérie en 1996, ont été déclarés martyrs samedi par le pape François. Cette reconnaissance ouvre la voie à la béatification de ces religieux, âgés de 45 à 82 ans, dont la mort reste entourée de zones d'ombre.

Ils font partie d'un groupe de dix-neuf "martyrs" tués en Algérie entre 1994 et 1996 - dont l'ancien évêque d'Oran Pierre Claverie - qui vont être béatifiés. Les moines de Tibéhirine avaient été enlevés en mars 1996 dans leur monastère de Notre-Dame de l'Atlas, à 80 km au sud d'Alger. Leur mort avait été annoncée le 23 mai dans un communiqué par le Groupe islamique armé (GIA).

>> Sur France 24 : La seconde vie du monastère de Tibéhirine

"Notre Eglise est dans la joie", se sont réjouis les évêques d'Algérie dans un communiqué, associant à leur hommage les milliers d'Algériens "qui n'ont pas craint eux non plus de risquer leur vie en fidélité à leur foi en Dieu, en leur pays, et en fidélité à leur conscience".

Il existe deux formes de procès en béatification: le martyre ou l'héroïcité des vertus. Dans le cas de l'héroïcité des vertus, il faut prouver l'existence d'au moins un miracle, examiné par un collège d'experts.

Le miracle n'est, en revanche, pas exigé lorsqu'il s'agit d'un martyr, ce qui est le cas pour les moines de Tibéhirine.

Avec AFP

 

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.