Accéder au contenu principal
RUSSIE

Présidentielle russe : l'opposant Alexeï Navalny appelle à des manifestations d'ampleur

Alexeï Navalny a été détenu à trois reprises en 2017 pour avoir organisé des manifestations non autorisées.
Alexeï Navalny a été détenu à trois reprises en 2017 pour avoir organisé des manifestations non autorisées. Dmitry Serebryakov, AFP
|
Vidéo par : Élena VOLOCHINE
4 mn

À défaut de pouvoir se présenter à l'élection présidentielle russe, Alexeï Navalny, l'opposant numéro un à Vladimir Poutine, a appelé ses partisans à manifester dimanche dans tout le pays pour dénoncer la "supercherie" de ce rendez-vous électoral.

Publicité

L'opposant russe Alexeï Navalny a appelé ses partisans à manifester dimanche en Russie pour dénoncer la "supercherie" de l'élection présidentielle du 18 mars que devrait remporter Vladimir Poutine sauf énorme surprise.

Déclaré inéligible en raison d'une condamnation pénale qu'il estime avoir été orchestré par le pouvoir, l'opposant numéro un au Kremlin ne peut pas participer à l'élection. À deux mois du scrutin, il a prévu des rassemblements dans plus de 100 villes, dont Moscou et Saint-Pétersbourg, avec le slogan "Ce ne sont pas des élections mais une duperie".

>> À lire : Alexeï Navalny, l’homme qui voulait faire tomber Vladimir Poutine

"Dans cette situation où tout est interdit, la chose la plus importante que chacun puisse faire, c'est de venir manifester pacifiquement dimanche", a assuré le charismatique blogueur anti-corruption dans une vidéo diffusée vendredi.

"Si vous ne venez pas, la Russie ne connaîtra jamais d'élections normales", a ajouté l'opposant, donnant rendez-vous à ses partisans moscovites à 14H00 (11H00 GMT) sur la principale artère du centre de la capitale russe, la rue Tverskaïa, qui débouche sur le Kremlin.

Intervention de la police russe dans les bureaux de l'opposant

Dans la matinée, la police russe a fait irruption dans les bureaux à Moscou d'Alexeï Navalny en utilisant une meuleuse et arrêté des membres de son équipe, ont annoncé des collaborateurs de l'opposant. La police a interrompu une retransmission en direct de manifestations dans l'est du pays, a affirmé l'équipe de Alexeï Navalny sur les médias sociaux.

Elle a également arrêté plusieurs employés de l'organisation fondée par ses soins, le Fonds de lutte contre la corruption (FBK), ainsi que des partisans de l'opposant en régions, selon la même source.

La mairie de Moscou, qui n'a pas autorisé cette manifestation, avait prévenu qu'elle exigera "des mesures judiciaires" contre l'opposant.

Alexeï Navalny, 41 ans, a gagné une fidèle base de soutiens, parmi lesquels de très jeunes Russes, et ce, malgré les entraves des autorités, l'opposant. Il a été détenu à trois reprises en 2017 pour avoir organisé des manifestations non autorisées réunissant parfois des dizaines de milliers de participants à travers la Russie, avec à la clef plusieurs centaines d'arrestations.

"Si la manifestation n'a pas été autorisée, elle aura assurément des conséquences en termes de violation de la loi", a prévenu vendredi le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov, assurant que ces manifestations ne constituaient pas "un défi personnel" pour le président Vladimir Poutine.

La police a mené vendredi une perquisition dans les locaux de campagne de l'opposant à Moscou, quelques jours après des opérations similaires dans plusieurs QG régionaux de son mouvement, a annoncé Alexeï Navalny sur Twitter. Plusieurs militants ont été interpellés.

Crédité de plus de 61% d'intentions de vote, loin devant les autres candidats selon un sondage publié en décembre par l'institut VTsIOM, le président russe devrait remporter un quatrième mandat qui le maintiendrait au pouvoir jusqu'en 2024.

Avec AFP

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.