Accéder au contenu principal

Afghanistan : l'Académie militaire à Kaboul visée par une attaque de l'EI

Le complexe de l'Académie militaire d'Afghanistan à Kaboul est la cible d'une attaque depuis plusieurs heures, ce 29 janvier.
Le complexe de l'Académie militaire d'Afghanistan à Kaboul est la cible d'une attaque depuis plusieurs heures, ce 29 janvier. Wakil Kohsar, AFP

Au moins onze soldats sont morts dans l'attaque tôt lundi matin de l'Académie militaire d'Afghanistan à Kaboul, revendiquée par le groupe État islamique. Cet attentat est le troisième en dix jours à peine dans la capitale afghane.

PUBLICITÉ

Le complexe de l'Académie militaire d'Afghanistan à Kaboul a été frappé par une attaque terroriste lundi 29 janvier. L'attentat, qui a commencé à l'aube après la première explosion d'un kamikaze, a fait 11 morts et 16 blessés, a indiqué le ministère de la Défense. Le précédent était de cinq morts et dix blessés.

"Deux kamikazes se sont fait exploser, deux ont été tués par nos forces et un a été arrêté vivant", a détaillé le porte-parole du ministère, le général Dawlat Waziri. "Les forces afghanes ont saisi un lance-roquette, deux Kalachnikov et un gilet explosif", a-t-il ajouté.

Le groupe État islamique a revendiqué "l'attaque suicide" via un message de son organe de propagande, sur le réseau Telegram.

L'Académie déjà attaquée en octobre

L'Académie Marshall Fahim, située dans le nord-ouest de Kaboul, forme l'armée afghane depuis les cadets jusqu'aux officiers d'état-major. Elle est considérée comme le "Saint-Cyr" d'Afghanistan, également surnommée le "Sandhurst des Sables", références respectives aux écoles militaires d'élite de France et du Royaume-Uni.

Elle avait déjà fait l'objet d'une attaque en octobre dernier. Quinze jeunes recrues afghanes avaient trouvé la mort dans l'attaque d'un kamikaze, qui avait surgi à pied et s'était jeté contre leur minibus alors qu'elles quittaient les lieux pour rentrer chez elles.

Cette attaque est la troisième en dix jours à peine dans la capitale afghane après celle visant un grand hôtel le 20 janvier et l'explosion d'une ambulance piégée samedi, qui ont fait au total des centaines de morts et de blessés.

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.