Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Cotisations sociales : la machine à redistribuer

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : Cellou Dalein Diallo chef de l'opposition est l'invité du Journal de l'Afrique

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Royaume-Uni - Brexit : Quelles issues pour Theresa May et le Royaume-Uni ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Yarol Poupaud

En savoir plus

#ActuElles

Des employées enceintes harcelées au Japon

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Projet d'accord sur le Brexit : Theresa May, une première ministre bien isolée

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'avenir incertain de la démocratie libérale

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Dans le nord, sur la route de l’Art déco

En savoir plus

TECH 24

Audrey Tang, la hackeuse taïwanaise devenue ministre

En savoir plus

Découvertes

Pour dissuader un moustique de nous piquer, rien de mieux que d'essayer de l'écraser

© Arterra/Getty Images

Texte par Ana BENABS

Dernière modification : 29/01/2018

Ne baissez jamais les bras face au moustique, et vous aurez beaucoup plus de chance d'être épargné : c'est ce que nous apprend une étude américaine récemment publiée.

Dès les premières chaleurs, il y a toujours celui ou celle qui se fait davantage dévorer par les moustiques, malgré la citronnelle et le répulsif dont il ou elle s'est paré(e). Si vous êtes cette personne, voici peut-être venue la fin de tout ou partie de votre problème. 

VOIR AUSSI : Pourquoi les moustiques ciblent certaines personnes et pas d’autres

Dans une étude publiée jeudi 18 janvier dans la revue scientifique Current Biology et relayée par le New York Times, on apprend que les moustiques sont en fait très sensibles à nos comportements lorsqu'ils veulent nous piquer. En effet, ils seraient en mesure d'associer les vibrations produites lorsqu'ils sont menacés par l'homme, avec l'odeur du corps humain. Ainsi, si vous avez essayé de tuer un moustique en faisant de grands gestes, il imprimera rapidement l'information "cet humain m'est hostile" en associant les vibrations de vos mouvements avec votre odeur, et ne cherchera normalement plus à vous attaquer par la suite. 

Pour en arriver à cette conclusion, les chercheurs de l'Université de Washington qui ont mené cette étude ont placé des moustiques et plusieurs odeurs dans un vortex créant des vibrations similaires à celles d'une main voulant gifler un avant-bras, mais le ratant de peu. En seulement 15 minutes, les moustiques avaient associé les odeurs témoins aux vibrations, et préféraient se tourner vers de nouvelles odeurs inconnues insérées dans d'autres zones du vortex.

Cette information de danger est restée vivace près de 24 heures chez les moustiques de laboratoire, puisqu'ils continuaient un jour après le début de l'expérience de se tourner vers un chemin "nouveau" proposé par les scientifiques, dans lequel il n'y avait pas d'odeurs qu'ils connaissaient. 

Les scientifiques américains précisent ensuite que la dopamine serait la responsable de cette mémorisation olfactive. En effet, en modifiant génétiquement les récepteurs de dopamine de certains cobayes, cette faculté à discerner le danger ne serait plus active. 

Outre nous épargner de pénibles piqûres, cette découverte pourrait surtout permettre de mettre au point des moyens plus efficaces pour éviter les piqûres, et donc la possible transmission de maladies graves par les moustiques comme la dengue, le virus du Zika ou encore la fièvre jaune. 

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Première publication : 29/01/2018