Accéder au contenu principal

Sanofi va racheter la biotech belge Ablynx pour 3,9 milliards d'euros

2 mn
Publicité

Paris (AFP)

Le géant pharmaceutique français a indiqué lundi qu'il allait racheter la biotech belge Ablynx pour 3,9 milliards d'euros, se renforçant ainsi de nouveau dans les maladies hématologiques rares, une semaine après son annonce du rachat de l'américain Bioverativ, spécialisé dans l'hémophilie.

Selon l'accord entre les deux partenaires, Sanofi va offrir 45 euros en numéraire par action Ablynx et lancera des offres publiques d'achat au début du deuxième trimestre 2018, précise un communiqué du groupe français.

Ablynx avait déjà été approché par le géant pharmaceutique danois Novo Nordisk, qui avait proposé début janvier 2,6 milliards d'euros pour racheter la société. Mais la biotech avait décliné cette offre, estimant qu'elle ne reflétait pas suffisamment sa valeur.

Le cours proposé par Sanofi représente une prime de 21,2% par rapport au cours de clôture d'Ablynx vendredi soir.

A travers cette acquisition, le groupe français souhaite "accélérer le développement (...) des programmes de développement" d'Ablynx, spécialisé dans la découverte et le développement des nanocorps, des protéines thérapeutiques dérivées de fragments d'anticorps.

Sanofi va notamment se renforcer dans les maladies rares avec l'entrée dans son portefeuille de caplacizumab, un programme de développement pour le traitement du purpura thrombotique thrombocytopénique acquis (PTT acquis), le plus avancé des produits d'Ablynx.

"Avec Ablynx, nous continuons à progresser dans la transformation stratégique de notre recherche et développement, en élargissant notre portefeuille de produits en développement avancé et en enrichissant notre plateforme dédiée aux maladies hématologiques rares", a souligné Olivier Brandicourt, directeur général de Sanofi, cité dans le communiqué.

Lundi dernier, Sanofi avait annoncé le rachat de la biotech américaine Bioverativ pour 11,6 milliards de dollars, sa plus importante acquisition depuis celle de Genzyme, une autre biotech américaine développant des traitements pour maladies rares, en 2011.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.