Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : Cellou Dalein Diallo chef de l'opposition est l'invité du Journal de l'Afrique

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Royaume-Uni - Brexit : Quelles issues pour Theresa May et le Royaume-Uni ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Yarol Poupaud

En savoir plus

#ActuElles

Des employées enceintes harcelées au Japon

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Projet d'accord sur le Brexit : Theresa May, une première ministre bien isolée

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'avenir incertain de la démocratie libérale

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Dans le nord, sur la route de l’Art déco

En savoir plus

TECH 24

Audrey Tang, la hackeuse taïwanaise devenue ministre

En savoir plus

FOCUS

Allemagne : "Nouvelle droite", vieilles idées ?

En savoir plus

Afrique

L'opposition kényane "investit" Raila Odinga malgré sa défaite électorale

© AFP | Des milliers de partisans du dirigeant de l'opposition kényane Raila Odinga, mardi 30 janvier, à Nairobi.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 30/01/2018

L'opposant kényan Raila Odinga, qui affirme que des fraudes électorales l'ont privé de la victoire à la présidentielle, a organisé mardi sa cérémonie d'"investiture". Des milliers de ses partisans ont répondu à l'appel de leur "président alternatif".

"Je prends la fonction de président du peuple de la République du Kenya", a déclaré mardi 30 janvier le dirigeant de l'opposition kényane Raila Odinga, une main sur une bible, devant des milliers de partisans réunis à Nairobi. L’opposition kényane organisait ainsi, dans le parc Uhuru de la capitale, une cérémonie d'"investiture" trois mois après l'élection présidentielle où Odinga affirme que la victoire lui a été volée.

L'annonce de la cérémonie d'investiture du "président alternatif" avait fait craindre des violences, violences, le procureur général Githu Muigai ayant averti que toute "investiture" équivaudrait à une trahison. Mais les forces de l'ordre ont toutefois gardé leurs distances avec la foule, qui s'est rapidement dispersée une fois la cérémonie achevée.

Les principales chaînes d'information du pays, qui devaient couvrir l'évènement, ont annoncé que leurs émetteurs avaient été coupés sur décision du gouvernement.

Raila Odinga, 72 ans, est un vétéran de l'opposition. Il affirme que des fraudes électorales l'ont privé de la victoire à la présidentielle à trois reprises et refuse d'accepter la réélection l'an dernier du président sortant, Uhuru Kenyatta, après des mois de troubles où, selon des défenseurs des droits de l'Homme, 92 personnes ont été tuées.

>> À voir : la folie du Bitcoin s'empare du Kenya

Un premier tour avait eu lieu le 8 août, remporté par ce dernier, mais le résultat avait été annulé par une décision historique de la Cour suprême et un nouveau scrutin avait été organisé le 26 octobre. Affirmant que l'élection ne serait pas honnête, Raila Odinga avait boycotté le vote et Uhuru Kenyatta l'a emporté avec 98 % des voix.

"Un évènement pacifique en total respect de la Constitution et de la loi"

"Nous voulons organiser un évènement pacifique en total respect de la Constitution et de la loi", avait affirmé la coalition d'opposition, la Nasa, dans un communiqué.

Depuis son boycott de l'élection d'octobre, la Nasa a eu pour stratégie de contester la légitimité du président Kenyatta en cherchant à créer des structures de gouvernement parallèles. Des "assemblées du peuple" se sont réunies dans certains comtés et l'investiture de Raila Odinga comme "président du peuple" doit marquer l'apogée du processus.

Avec AFP

Première publication : 30/01/2018

  • KENYA

    Kenya : Uhuru Kenyatta investi président, l'opposant Odinga promet sa propre cérémonie

    En savoir plus

  • KENYA

    Kenya : la Cour suprême valide l'élection présidentielle d'octobre et la réélection de Kenyatta

    En savoir plus

  • KENYA

    Regain de tension au Kenya à la veille d'une décision de la Cour suprême

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)