Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INFO ÉCO

Affaire Carlos Ghosn : quel avenir pour l'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Ivanka Trump doit-elle aller en prison ?"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Carlos Ghosn, zéro de conduite"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Sur un navire en Lybie, 79 migrants refusent de débarquer à Misrata

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "gilets jaunes", des réseaux sociaux à la rue

En savoir plus

LE DÉBAT

Mouvement des "gilets jaunes" : le carburant des extrêmes ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Jean-Claude Juncker : "Nous entretenons des relations difficiles avec l’administration Trump"

En savoir plus

FOCUS

23 millions de candidats, 127 000 postes : Indian Railways recrute !

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Enrico Letta : "Aucun accord de Brexit ne peut réunir une majorité au Parlement britannique"

En savoir plus

Amériques

Mouvement de panique à Wall Street : le Dow Jones plonge et clôture en baisse de 4,61 %

© Drew Angerer, Getty Images North America, AFP | Le Dow Jones a brièvement perdu plus de 10 % lundi par rapport à son record inscrit le 26 janvier, avant de réduire ses pertes, qui ont un moment dépassé les 1 500 points.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 05/02/2018

La semaine boursière américaine a commencé par un avis de tempête sur Wall Street. Le Dow Jones a perdu plus de 1 500 points en séance, la plus forte perte en points de son histoire. Il s'est finalement clôturé en baisse de 4,61 %.

Un mouvement de panique a saisi Wall Street, lundi 5 février, où l'indice vedette de la place new-yorkaise, le Dow Jones, a chuté de plus de 1 500 points en cours de séance avant de se reprendre quelque peu avant la clôture.

Après un petit rebond en fin de séance, le Dow Jones a finalement clôturé en baisse de 4,61 %. L'indice Nasdaq, à forte coloration technologique, a perdu 3,78 % et l'indice élargi S&P 500, qui représente les 500 plus grandes entreprises cotées aux États-Unis, a cédé 4,11 %.

Cette correction intervient le jour de l'arrivée à la tête de la Fed, la banque centrale américaine, de Jerome Powell, qui remplace Janet Yellen, seule femme à avoir jamais dirigé cette institution. Mais elle était attendue de longue date par de nombreux observateurs, les indices ayant enchaîné les records ces derniers mois. Le S&P 500 a ainsi enregistré en janvier son meilleur début d'année depuis 1997.

Hausse des taux d'intérêt

"On avait perdu l'habitude de voir les indices accélérer du côté négatif", a remarqué Art Hogan de Wunderlich Securities, un vétéran de la place new-yorkaise.

Entamée la semaine dernière, la débâcle a été déclenchée par un regain de nervosité des investisseurs face à la hausse des taux d'intérêt. L'annonce d'une augmentation significative des salaires en janvier aux États-Unis a en effet ravivé vendredi les craintes d'inflation et la possibilité de voir la Fed relever plus rapidement que prévu ses taux.

Le taux d'emprunt à dix ans a par exemple grimpé lundi jusqu'à 2,88 %, son plus haut niveau depuis 2014.

Cette évolution rend plus cher le coût des emprunts aussi bien pour les entreprises que pour les investisseurs et offre aux courtiers un placement désormais un peu plus rémunérateur et moins risqué que les actions.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 05/02/2018

  • FINANCES

    Une star de Wall Street remercie la philosophie avec un chèque de 75 millions de dollars

    En savoir plus

  • INDUSTRIE AUTOMOBILE

    Wall Street : Tesla ou l’incroyable succès boursier d’un vendeur de rêve

    En savoir plus

  • MARCHÉS

    Wall Street : nouveau record historique pour le Dow Jones

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)