Accéder au contenu principal

Accusé de viols, Tariq Ramadan est maintenu en détention provisoire

L'universitaire suisse controversé Tariq Ramadan, spécialiste de l'islam, a été incarcéré le 2 février 2018 à Paris.
L'universitaire suisse controversé Tariq Ramadan, spécialiste de l'islam, a été incarcéré le 2 février 2018 à Paris. AFP (archives)

Le théologien suisse Tariq Ramadan, mis en examen pour viols et incarcéré vendredi à Paris, a été maintenu en détention provisoire mardi par le juge des libertés et de la détention.

Publicité

Le juge des libertés et de la détention a décidé, mardi 6 février, de maintenir Tariq Ramadan en détention provisoire. Le théologien suisse a été mis en examen pour viols et incarcéré vendredi à Paris.

>> À lire : Tariq Ramadan, figure contestée de l'islam européen

Cet universitaire controversé, petit-fils du fondateur égyptien des Frères musulmans, conteste les accusations portées par deux femmes ayant porté plainte en octobre contre lui pour des faits qui auraient eu lieu en 2009 et 2012.

Pendant sa garde à vue, il a été confronté à l'une des deux femmes qui l'accusent de viol en France, une quadragénaire convertie à l'islam qui a maintenu ses accusations.

Selon une source proche du dossier, cette mère de trois enfants, divorcée d'un mari lui-même salafiste, a décrit une cicatrice de l'universitaire au niveau de l'aine.

Le théologien a reconnu l'existence de cette cicatrice mais nié toute relation sexuelle avec cette femme. S'il reconnaît avoir flirté avec elle par le biais des réseaux sociaux pendant six mois, il dit ne l'avoir rencontrée que brièvement dans le hall de l'hôtel lyonnais, ajoute-t-on de même source.

Plainte pour "dénonciation calomnieuse"

Selon une autre source proche du dossier, il a fait état d'une réservation pour un vol correspondant aux heures où les faits sont censés s'être produits, pièce qui a été versée au dossier pendant sa garde à vue.

Il revient maintenant aux enquêteurs et aux trois juges d'instruction désignés de vérifier cette pièce.

La première femme à avoir porté plainte contre Tariq Ramadan, Henda Ayari, une ancienne salafiste, l'accuse de l'avoir agressée en marge d'un congrès de l'Union des organisations islamiques de France (UOIF) en 2012.

Une accusation également rejetée par l'islamologue, qui a porté plainte pour "dénonciation calomnieuse".

Avec AFP et Reuters

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.