Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun, Paul Biya réélu pour un 7e mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

#pasdevague et #jesuisunabruti, journée chargée sur les réseaux sociaux français

En savoir plus

LE DÉBAT

Comores : les risques d'une crise politique

En savoir plus

FOCUS

Irak : des personnalités féminines anticonformistes en danger

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Le "Davos du désert" compromis par l'affaire Khashoggi

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Maroš Šefčovič : "Nous avons besoin d'intensifier le dialogue entre pays de l'Est et de l'Ouest"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Musique, mode, peinture : Mounia, égérie volcanique de la création

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Brexit : la bataille de la pêche a commencé

En savoir plus

Pas 2 Quartier

"Noise": Raconter sa ville au fil du RER

En savoir plus

FRANCE

En Corse, Emmanuel Macron rencontre les nationalistes et exclut toute amnistie

© Ludovic Marin, AFP | Emmmanuel Macron (à g.) serre la main de Gilles Simeoni, président de la collectivité territoriale, et de Jean-Guy Talamoni, président de l'Assemblée de Corse.

Vidéo par FRANCE 2

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 06/02/2018

Le président français a entamé sa première visite sur l'île en rendant hommage au préfet Claude Érignac, abattu en 1998. Il a ensuite rencontré les responsables nationalistes et exclut toute amnistie de prisonniers dits "politiques".

Emmanuel Macron a adopté un ton ferme, mardi 6 février, au premier jour de sa visite en Corse, en excluant toute amnistie de prisonniers, l'une des revendications des responsables nationalistes qu'il a rencontrés dans la soirée.

Le chef de l'État a également affirmé la nécessité de ménager un "avenir" à la Corse dans le "giron républicain", posant ainsi les termes du débat qu'il entend avoir durant les deux jours de sa première visite dans l'île.

Vers 19 h, le président a été accueilli à la Collectivité territoriale unique pour s'y entretenir avec les deux dirigeants nationalistes, le président de la collectivité territoriale, Gilles Simeoni, et le président de l'Assemblée de Corse, Jean-Guy Talamoni, aux commandes de l'île.

Quelques instants plus tôt, Jean-Guy Talamoni avait jugé qu'il serait "consternant" qu'Emmanuel Macron "ferme les portes" au dialogue. "Nous sommes persuadés que M. Macron est un homme assez intelligent pour comprendre la situation" et "que ce que nous voulons faire va dans le sens des intérêts de la Corse et également de Paris", a-t-il ajouté.

>> Regarder l'interview de Jean-Guy Talamoni sur France 24

"Il y a une fenêtre historique pour sortir de la logique de conflit", a estimé Gilles Simeoni, qui s'est toutefois inquiété dans Corse-Matin de la présence "autour du président de la République de faucons qui campent sur un refus total de toute avancée et jouent la politique du pire".

>> À voir : Que veulent les dirigeants nationalistes corses ?

"Sans complaisance, sans oubli, sans amnistie"

Comme les trois députés nationalistes présents, Gilles Simeoni n'a pas applaudi le discours d'hommage prononcé par le président dans la matinée sur les lieux où a été tué le préfet Claude Érignac, à Ajaccio, le 6 février 1998.

Son assassinat par un commando nationaliste "ne se justifie pas, ne se plaide pas, ne s'explique pas", a affirmé Emmanuel Macron, qui s'exprimait devant 300 personnes. Il s'est félicité que "la justice de la République" ait "pu être rendue" et a averti qu'elle serait "suivie sans complaisance, sans oubli, sans amnistie".

Il a ainsi fermé la porte à l'une des principales revendications défendues par les nationalistes. Mais Jean-Guy Talamoni a répondu que la position présidentielle n'était "pas quelque chose de bien nouveau", et que l'amnistie des prisonniers dits "politiques" continuerait à faire partie des demandes des nationalistes.

>> Regarder l'interview de Gilles Simeoni sur France 24

Parmi ces prisonniers figure Yvan Colonna, qui purge une peine à perpétuité pour l'assassinat du préfet Érignac. En fin d'après-midi, son épouse Stéphanie a interpellé le président dans une rue d'Ajaccio. "Mon fils de six ans n'a pas vu son père depuis un an et demi. S'il vous plaît, faites quelque chose (...) Ce n'est pas un animal, c'est un être humain", lui a-t-elle dit.

"Que votre enfant puisse voir son père, que les personnes qui sont détenues dans notre pays puissent voir leur famille, ça fait partie des choses que nous allons assurer", lui a répondu Emmanuel Macron.

Thierry Dominici, politologue spécialiste de la Corse

"Lieu maudit"

Dans la matinée, devant la veuve de Claude Érignac et ses enfants, de retour pour la première fois sur l'île, le chef de l'État avait dénoncé la "lâcheté" des assassins du préfet, coupables d'"un de ces actes de terrorisme dont notre nation eut encore récemment à subir la barbarie", en faisant référence aux attentats jihadistes.

En inaugurant une place Claude Érignac sur les lieux de l'assassinat, "nous scellons notre union indéfectible dans la République", qui doit "ménager à la Corse un avenir à la hauteur de ses espérances, sans transiger avec les requêtes qui la feraient sortir du giron républicain", a-t-il insisté.

>> À lire : L'indépendance de la Corse n'est pas à l'ordre du jour mais...

"J'espère que la République ne faiblira jamais en Corse", a déclaré Dominique Érignac, en rendant hommage à son mari sur "ce lieu maudit" où elle a dit avoir pensé ne jamais revenir.

Au deuxième jour de sa visite en Corse, le président de la République prononcera mercredi à Bastia un discours sur sa vision de l'avenir de l'Ile de Beauté.

Avec AFP

Première publication : 06/02/2018

  • FRANCE

    Macron en Corse : hommage au préfet Érignac et rencontre avec les dirigeants nationalistes

    En savoir plus

  • FRANCE

    Corse : une manifestation à l’appel des nationalistes trois jours avant la venue de Macron

    En savoir plus

  • FRANCE

    Corse : les nationalistes triomphent aux élections territoriales

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)