Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Cotisations sociales : la machine à redistribuer

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : Cellou Dalein Diallo chef de l'opposition est l'invité du Journal de l'Afrique

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Royaume-Uni - Brexit : Quelles issues pour Theresa May et le Royaume-Uni ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Yarol Poupaud

En savoir plus

#ActuElles

Des employées enceintes harcelées au Japon

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Projet d'accord sur le Brexit : Theresa May, une première ministre bien isolée

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'avenir incertain de la démocratie libérale

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Dans le nord, sur la route de l’Art déco

En savoir plus

TECH 24

Audrey Tang, la hackeuse taïwanaise devenue ministre

En savoir plus

Découvertes

SpaceX va envoyer une Tesla dans l'espace : c'est complètement absurde mais on salue la beauté du geste

© Instagram/Elon Musk

Texte par Benjamin BRUEL

Dernière modification : 06/02/2018

Le lancement de la Falcon Heavy de SpaceX est prévu pour ce mardi soir. À son bord, une Tesla et un mannequin feront office d'équipage. Une idée aussi géniale que débile.

C'est ce soir, mardi 6 février à 19 heures 30 (heure française), que la fusée Falcon Heavy de SpaceX doit prendre son envol. La plus puissante fusée en circulation tutoie les 1 500 tonnes. Dotée de 27 moteurs, elle va effectuer son premier essai à vide après plusieurs semaines d'attente et un test statique concluant. 

VOIR AUSSI : Elon Musk veut créer la reine des fusées avec la Falcon Heavy, mais encore faut-il qu'elle décolle sans exploser

Ce lancement pourra être suivi sur le site de SpaceX ou sur la vidéo YouTube ci-dessous. Mashable FR couvrira l'événement et vous pourrez retrouver des nouvelles de la Falcon Heavy sur notre site durant la soirée.

Ce premier décollage du plus gros bébé de SpaceX n'a aucun but commercial : aucun satellite, aucune ressource pour l'ISS n'ont pris place à son bord. Non, la fusée embarquera seulement... une voiture autonome de la marque Tesla. Un roadster rouge cerise décapotable à 170 000 dollars va donc s'envoler vers l'espace – avec Mars en ligne de mire – au son de "Space Oddity" de David Bowie. Il y aura aussi un mannequin à l'intérieur de cette Tesla, surnommé Starman, qui sera lui-même équipé de la nouvelle combinaison spatiale conçue par SpaceX. Selon le magazine Time, une fois dans l'espace, la chanson "Starman" devrait même se déclencher dans l'habitacle.

La voiture et son pilote seront ensuite condamnés à errer dans l'espace pendant des centaines de milliers d'années. Dans quel but ? Aucun. "J'aimais l'idée d'une voiture errant pour l'infini dans l'espace et qui pourrait être découverte par une race alien dans des millions d'années", a répondu Elon Musk à un internaute curieux des raisons de cet équipage. 

Normalement, quand un gouvernement, une agence spatiale, une entreprise propulse quelque chose dans l'espace, cela a un but précis, même lorsqu'il s'agit d'art. Ici, non, c'est de la pure absurdité, de la communication sans intérêt d'autre que de faire parler de la Falcon Heavy. Ce premier vol de la fusée est extravagant, excessif et il pousse la communication d'entreprise jusqu'au maximum de l'absurde. Elon Musk confirme qu'il est devenu le roi des coups de communications. Il balance sans filtre ses idées sur Twitter, entretient son fan club à coup de vente de casquettes ou de lance-flammes.

Mais mince, comment ne pas aimer l'idée, la mise en scène visuelle, musicale ? Non mais regardez, il y a même une mini Tesla avec un mini mannequin à l'intérieur ! On ne peut pas s'empêcher d'adorer la beauté du geste.

Et si la fusée venait à se planter ? Interrogé à ce sujet par Ars Technica, Elon Musk estime qu'il y a 50 % de chance pour que le lancement échoue. Nous verrons ça ce soir. Au pire, la séquence trouvera aisément sa place dans ce merveilleux bout à bout des meilleures explosions de SpaceX.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire. 

Première publication : 06/02/2018