Accéder au contenu principal
Le débat

Emmanuel Macron en Corse : fermeté ou dialogue ? (Partie 2)

Capture d'écran France 24

"La Corse est au cœur de la République, mais je souhaite l'émancipation de la Corse". À Bastia, Emmanuel Macron a réaffirmé le rôle de l'État régalien et débouté les nationalistes de la plupart de leurs revendications : il n’y aura ni co-officialité de la langue corse, ni statut de résident, ni amnistie de prisonniers. Néanmoins, le président s’est dit "favorable à ce que la Corse soit mentionnée dans la Constitution". Est-ce une "occasion manquée" comme l’estiment les nationalistes ?

PUBLICITÉ

Émission préparée par Élise Duffau, Flore Simon et Louma Sanbar

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.