Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Disparition de Jamal Khashoogi : menaces sur la presse

En savoir plus

POLITIQUE

Perquisitions visant J-L. Mélenchon : Le leader de la france Insoumise en fait-il trop?

En savoir plus

FOCUS

Les Bosniens s'organisent face à l'afflux de migrants

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Galveston" : l’échappée américaine de Mélanie Laurent

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Arabie Saoudite : les conflits d'intérêt de Donald Trump

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Objectif "Faim zéro" : Lambert Wilson décrit son nouveau combat

En savoir plus

L’invité du jour

Parents grâce à la GPA : "Nous ne sommes pas des familles différentes"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Allemagne : Angela Merkel à l'offensive pour sauver l'économie

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Jamal Khashoggi : "Ce dont le monde arabe a le plus besoin, c'est de la liberté d'expression"

En savoir plus

FRANCE

Intempéries en Île-de-France : après la neige, place au verglas

© Philippe Lopez, AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 08/02/2018

Les autorités françaises ont renouvelé leur appel à la vigilance jeudi en Île-de-France en raison du froid. Le gel et le verglas devraient remplacer la neige au vu des températures annoncées : jusqu'à – 12°C.

Pas de retour à la normale prévue en Ile-de-France jeudi 8 février. Les autorités ont renouvelé leur appel à la vigilance afin d'éviter une nouvelle journée de pagaille dans les transports. Après la neige, les Franciliens devront se méfier du gel et du verglas provoqués par les températures extrêmes qui pourraient atteindre les -12 degrés.

Les huit départements de la région parisienne ont été maintenus jeudi matin en vigilance orange neige et verglas jusqu'à 10h00, "en raison d'une accentuation du froid, du fort risque de phénomènes glissants liés à la fois au regel de l'eau liquide ainsi que la couche de neige qui n'aura que peu fondu", a averti Météo France.

>> À voir aussi : #ParisSousLaNeige : entre lyrisme et petites galères

"Les températures sous abri étaient particulièrement basses, à 5h00 jeudi, comprises entre -5 et -8 °C et souvent -9 à -12 °C dans les Yvelines, le Val d'Oise, la Seine-et-Marne de l'Essonne", selon le dernier bulletin publié à 06H00 par Météo France, qui annonce pour vendredi un possible retour de la neige en Ile-de-France et surtout dans le nord.

Comme pour mercredi, la RATP prévoit jeudi pour le métro parisien et le RER "un service légèrement perturbé en raison notamment de la difficulté des agents à rejoindre leur attachement à prise de service". Les bus "sortent progressivement des dépôts en fonction des situations locales (état de la voirie)", indique jeudi matin sur son site la RATP qui prévoit concernant le tramway "un service normal à prise de service" sur la quasi-totalité des lignes.

Mercredi soir, la situation est revenue lentement à la normale après une nuit de désordre général sur les routes et dans les gares franciliennes provoqué par des chutes de neige "sans précédent depuis 1987", selon la Mairie de Paris.

Des automobilistes bloqués à l'ouest de Paris

Bloquées par les intempéries, plus de 1 500 personnes avaient dû passer la nuit de mardi à mercredi dans des centres d'hébergement, des gymnases, des gares ou à l'aéroport d'Orly. Sur la nationale 118, emblématique point noir au sud-ouest de Paris, 1 500 à 2 000 automobilistes sont restés bloqués dans leur véhicule pendant la soirée. Mercredi soir, il n'était "pas question de rouvrir" la RN 118 où environ 80 des 950 véhicules bloqués doivent encore être dégagés, avait indiqué le préfet de police de Paris, Michel Delpuech, sur BFMTV.

Après un pic à plus de 730 kilomètres de bouchons mardi soir, le trafic automobile était ainsi beaucoup plus fluide en région parisienne, beaucoup d'usagers ayant renoncé à prendre leur véhicule par peur des bouchons et des accidents. Le site officiel Sytadin recensait ainsi seulement huit kilomètres d'embouteillages à 20H45.

La préfecture de police a toutefois renouvelé sur Twitter "ses consignes aux automobilistes de ne pas utiliser leurs véhicules pour la journée de jeudi".

Ces vingt-quatre heures de désordre ont placé les autorités sous le feu des critiques des usagers et des partis politiques, les Républicains fustigeant notamment le "manque d'anticipation" du gouvernement.

"Il faut arrêter de faire croire n'importe quoi aux Français" et reconnaître qu'"il est difficile d'anticiper le nombre de centimètres de neige qu'il va tomber", leur a rétorqué le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux.

Avec AFP

Première publication : 08/02/2018

  • INTEMPÉRIES

    France : les chutes de neige sèment la pagaille dans les transports

    En savoir plus

  • FRANCE

    En images : Paris et sa banlieue paralysées par la neige

    En savoir plus

  • DIAPORAMA

    En images : des chutes de neige record dans les Alpes

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)