Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DANS LA PRESSE

"Gilets jaunes: Macron cherche la bretelle de sortie"

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Cotisations sociales : la machine à redistribuer

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : Cellou Dalein Diallo chef de l'opposition est l'invité du Journal de l'Afrique

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Royaume-Uni - Brexit : Quelles issues pour Theresa May et le Royaume-Uni ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Yarol Poupaud

En savoir plus

#ActuElles

Des employées enceintes harcelées au Japon

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Projet d'accord sur le Brexit : Theresa May, une première ministre bien isolée

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'avenir incertain de la démocratie libérale

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Dans le nord, sur la route de l’Art déco

En savoir plus

FRANCE

Paris prévoit de consacrer près de 300 milliards d'euros en sept ans pour sa défense

© Ludovic Marin, AFP | La ministre française de la Défense, Florence Parly, le 8 février 2018, à la sortie du conseil des ministres, à Paris.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 08/02/2018

Le nouveau projet de loi de programmation militaire (LPM) français prévoit de consacrer 295 milliards d'euros à la défense de 2019 à 2025. Priorité est donnée au quotidien du soldat et à la modernisation des équipements.

"Combler les carences du passé et bâtir des armées modernes, durables, protectrices". Tels sont les objectifs énoncés par la ministre des Armées, Florence Parly, jeudi 8 février, du nouveau projet de loi de programmation militaire (LPM). Il prévoit de consacrer 295 milliards d'euros en sept ans à la défense.

Selon cette programmation, le budget des armées, de 34,2 milliards d'euros en 2018, va augmenter de 1,7 milliard d'euros par an jusqu'en 2022, avant des "marches" de trois milliards par an à partir de 2023. Soit au-delà du quinquennat actuel.

Ce projet de LPM érige en priorités l'amélioration du quotidien du soldat et la modernisation d'équipements à bout de souffle, alors que la France est engagée tous azimuts, au Sahel (opération Barkhane), au Levant (Chammal) et sur le territoire national (Sentinelle).

Après quelque 60 000 suppressions d'effectifs entre 2005 et 2015, le ministère des Armées ambitionne de créer quelque 6 000 postes d'ici à 2025, en particulier dans la cyberdéfense (1 500) et le renseignement (1 500).

>> À voir : "Le budget de l'armée a connu une érosion constante"

Amélioration des conditions de travail et modernisation

Pour améliorer les conditions de travail des troupes, la LPM augmente nettement les crédits consacrés aux petits équipements – gilets pare-balles, treillis... –, à l'entretien du matériel et aux infrastructures, longtemps négligés.

Deuxième grand axe : la modernisation accélérée des matériels existants, nombreux à aligner plusieurs décennies de service.

>> À lire : Quand l’armée française muscle sa cyberdéfense

Le projet de LPM met également l'accent sur les capacités de renseignement (avions légers de surveillance, drones, satellites, bateau espion...) susceptibles d'accroître l'autonomie stratégique française et européenne.

Sur le plan de la dissuasion nucléaire, le renouvellement des deux composantes (navale et aérienne) sera engagé. Budget estimé pour maintenir la clé de voûte de la défense française : 37 milliards d'euros entre 2019 et 2025.

Avec AFP

Première publication : 08/02/2018

  • ARMEMENT

    Paris propose à Bruxelles d'acquérir des Rafale pour remplacer ses F-16

    En savoir plus

  • FRANCE

    Antiterrorisme : "Le dispositif Sentinelle est nécessairement imparfait"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Budget de la Défense : la ministre des Armées débloque 1,2 milliard de crédits pour 2017

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)