Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Cotisations sociales : la machine à redistribuer

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : Cellou Dalein Diallo chef de l'opposition est l'invité du Journal de l'Afrique

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Royaume-Uni - Brexit : Quelles issues pour Theresa May et le Royaume-Uni ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Yarol Poupaud

En savoir plus

#ActuElles

Des employées enceintes harcelées au Japon

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Projet d'accord sur le Brexit : Theresa May, une première ministre bien isolée

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'avenir incertain de la démocratie libérale

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Dans le nord, sur la route de l’Art déco

En savoir plus

TECH 24

Audrey Tang, la hackeuse taïwanaise devenue ministre

En savoir plus

Amériques

L'État de New York assigne en justice le studio Weinstein

© Yann COATSALIOU / AFP | Harvey Weinstein, le 23 mai 2017

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 12/02/2018

Le procureur de l'État de New York assigne en justice The Weinstein Company pour ne pas avoir protégé ses employés vis-à-vis de leurs patrons. Cette assignation a pour effet de bloquer un projet de reprise du studio, qui serait imminente.

Le procureur de l'Etat de New York assigne en justice le studio fondé par Harvey Weinstein et son frère Robert, pour ne pas avoir protégé ses employés face au harcèlement sexuel et aux intimidations du tout puissant-producteur de cinéma.

Cette assignation, quatre mois après le début de l'affaire Weinstein, pourrait avoir pour effet immédiat de bloquer un projet de reprise du studio, The Weinstein Company, que le procureur décrit comme "imminent" mais qui ne prévoit pas selon lui d'indemnisation suffisante des victimes.

Le procureur, Eric Scheiderman, a ainsi souligné dimanche avoir des "éléments substantiels" pour penser que le projet ne prévoyait pas une indemnisation "adéquate" des victimes et que certains responsables ayant "une responsabilité partagée" dans le comportement de Harvey Weinstein pourraient à nouveau "avoir des postes de responsabilité dans la nouvelle entité".

Le groupe d'investisseurs à l'origine de ce projet de rachat, d'un montant de 500 millions de dollars, est emmené par une ancienne responsable de l'administration Obama, Maria Contreras-Sweet.

TWC accusé de violation des droits de l'Homme

Selon cette assignation qui vise The Weinstein Company (TWC), ainsi que Harvey et Robert Weinstein, tous trois sont accusés de violations des droits de l'Homme, des droits individuels, et du droit du travail.  

"The Weinstein Company a violé à plusieurs reprises le droit new-yorkais en ne protégeant pas ses employés d'un harcèlement sexuel invasif, des intimidations et de la discrimination", affirme Eric Schneiderman.

Cette action devant la cour suprême de New York marque l'aboutissement de quatre mois d'enquête, au cours de laquelle des employés, des cadres et des victimes de Harvey Weinstein ont été interrogés, et les archives et mails de la société passés au peigne fin, a encore précisé le bureau du procureur.

L'enquête a notamment montré qu'un groupe d'employées de TWC avait "pour tâche principale" d'accompagner Harvey Weinstein à des évènements et de faciliter ses conquêtes".

Première publication : 12/02/2018

COMMENTAIRE(S)