Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L’invité du jour

Parents grâce à la GPA : "Nous ne sommes pas des familles différentes"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Allemagne : Angela Merkel à l'offensive pour sauver l'économie

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Jamal Khashoggi: "Ce dont le monde arabe a le plus besoin, c'est de la liberté d'expression"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Affaire Khashoggi: le début de la fin pour MBS?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crise politique en Algérie : l'étau se resserre autour du président de l'Assemblée

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La colère de Jean-Luc Mélenchon divise la toile

En savoir plus

LE DÉBAT

Brexit, la peur du vide ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Avec "Forte", Salim Saab rend hommage aux femmes artistes du monde arabe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Festival Lumière de Lyon : Jane Fonda à l’honneur

En savoir plus

Afrique

Afrique du Sud : le président Jacob Zuma annonce sa "démission immédiate"

© Phill Magakoe, AFP | Jacob Zuma lors de son adresse à la nation, mercredi 14 février à Pretoria.

Vidéo par Caroline DUMAY

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 14/02/2018

Le président Jacob Zuma s'est finalement plié aux ordres de l'ANC en annonçant mercredi soir, peu de temps avant la fin de l'ultimatum fixé par son parti, qu'il démissionnait immédiatement.

Jacob Zuma a finalement cedé à la pression de son parti, le Congrès national africain (ANC). Après un long discours et des semaines de suspense, le président sud-africain a annoncé sa démission, mercredi 14 février. Il était au pouvoir depuis mai 2009.

"J'ai décidé de démissionner du poste de président de la République avec effet immédiat, même si je suis en désaccord avec la direction de mon organisation", a déclaré Jacob Zuma lors d'une allocution retransmise en direct à la télévision. "Je dois accepter que mon parti et mes compatriotes veulent me renvoyer", a-t-il ajouté, assurant avoir "toujours été un membre discipliné de l'ANC".

"J'ai décidé de démissionner du poste de président de la République avec effet immédiat"

Silencieux depuis son "rappel" par l'ANC mardi, Jacob Zuma a rompu le silence en début d'après-midi mercredi mais a fait durer le suspense en refusant jusqu'ici d'annoncer sa réaction.

Après des semaines de tractations et de réunions, le parti au pouvoir avait exigé mardi la démission du président Zuma, empêtré dans des scandales de corruption. Faute d'une réponse de sa part, le parti avait décidé mercredi à la mi-journée de le forcer à quitter le pouvoir, en annonçant le vote dès jeudi d'une motion défiance dont l'issue ne faisait aucun doute.

>> À lire aussi : Dans sa chute, Jacob Zuma entraîne les sulfureux frères Gupta

"J'ai été contraint de démissionner en raison de la motion de défiance", a expliqué le président lors de son allocution.

Le pouvoir de Jacob Zuma a commencé à vaciller depuis l'élection en décembre à la tête de l'ANC du vice-président Cyril Ramaphosa, qui avait axé sa campagne sur la lutte contre la corruption. Ce dernier était déterminé à pousser au plus vite vers la sortie le président Zuma, devenu trop encombrant en vue des élections générales de 2019.

Portrait de Cyril Ramaphosa, le nouveau président sud-africain

Conformément à la Constitution, Cyril Ramaphosa – vice-président depuis 2014 – est devenu le président de la République par intérim dès la démission de Jacob Zuma. Le Parlement doit encore, dans les trente jours, l'élire formellement à ce poste. L'élection devrait être organisée d'ici vendredi.

Avec AFP

Première publication : 14/02/2018

  • AFRIQUE DU SUD

    Dauphin de Mandela, Cyril Ramaphosa aux portes du pouvoir en Afrique du Sud

    En savoir plus

  • AFRIQUE DU SUD

    Afrique du Sud : le sort du président Zuma aux mains des dirigeants de son parti, l'ANC

    En savoir plus

  • AFRIQUE DU SUD

    Afrique du Sud : le long naufrage de "l’insubmersible" Jacob Zuma

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)