Accéder au contenu principal

Aux États-Unis, une femme transgenre a pu allaiter son bébé grâce à un traitement expérimental

Francois LOCHON/Getty Images

C'est le premier cas d'allaitement par une femme transgenre à être publié dans une revue médicale.

Publicité

C'est une grande première : une équipe médicale du Mount Sinai Hospital de New York a mis au point un traitement médical expérimental ayant permis à une femme transgenre de pouvoir allaiter son bébé pendant un mois et demi. Dans un communiqué publié vendredi 9 février par l'hôpital, il est précisé que "la jeune femme de 30 ans n'a pas seulement pu allaiter son enfant, mais a été son unique source de nutrition durant les six premières semaines de sa vie". 

VOIR AUSSI : Des oreilles imprimées en 3D à partir de cartilage ont été greffées sur des enfants

Depuis plusieurs années, des traitements "maison" étaient concoctés par des femmes transgenres afin de parvenir à allaiter, comme l'indique Gizmodo, mais les résultats restaient toujours trop anecdotiques pour être validés par le corps médical. 

Il y a quelques mois, une patiente américaine s'est présentée à la clinique de Mount Sinai, en expliquant que sa compagne enceinte ne souhaitait pas allaiter et qu'elle aimerait donc prendre son rôle. Bien qu'elle n'ait encore subi d'opération pour changer de sexe, sa poitrine était déjà assez développée grâce aux hormones qu'elle prenait depuis 2011. Alors, l'équipe de médecins dirigés par Tamar Reisman et Zil Goldstein a lancé une procédure médicale pour lui permettre de produire du lait. 

Le rapport complet publié sur le journal Transgender Health nous apprend que la patiente a commencé à prendre graduellement des doses d'hormones féminines – progestérone et estradiol –, a stimulé sa poitrine avec une pompe à lait et a également été mise sous domperidone, un anti-vomitif stimulant la lactation. Au bout d'un mois, elle produisait quelques gouttes de lait, puis en trois mois, près de 200 millilitres par jour. À l'arrivée du nourrisson, 3 mois et demi après le début du traitement, la jeune femme était apte à le nourrir complètement. 

"Pendant cette période, le pédiatre de l'enfant a constaté que sa croissance, son alimentation et sa digestion se développaient de façon appropriée. À la sixième semaine, le bébé a eu besoin d'un complément de lait infantile, car la jeune femme ne produisait plus assez de lait", peut-on lire dans le rapport. L'expérience a donc été un véritable succès, et pourrait faire avancer considérablement la situation des familles transgenres. Cependant, le traitement risque de connaître quelques entraves avant d'être totalement démocratisé : en effet, la domperidone fait encore l'objet d'une surveillance renforcée par les autorités sanitaires à cause de ses potentiels effets indésirables cardiaques très graves. 

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.