Accéder au contenu principal

Le carnaval de Rio couronne un défilé dénonçant la corruption et les injustices

Le président brésilien Michel Temer représenté en vampire, juché au sommet d'un char, sur un promontoire représentant un sac d'argent.
Le président brésilien Michel Temer représenté en vampire, juché au sommet d'un char, sur un promontoire représentant un sac d'argent. Mauro Pimentel, AFP

Au-delà des plumes, des paillettes et de la sensualité exacerbée, le cru 2018 du carnaval de Rio a récompensé des défilés à forte charge politique illustrant la révolte d'une population exaspérée par la violence et la corruption.

PUBLICITÉ

Pendant les années de prospérité, sous la présidence Lula (2002-2010), le Brésil se passionnait bien peu pour la chose publique. Bousculés par la crise, la destitution de Dilma Rousseff, les scandales de corruption en cascade, les Brésiliens s’intéressent de nouveau à la politique même si les discussions s’achèvent souvent par un laconique "tous pourris".

Lors du carnaval qui s’est achevé ce mercredi, la crise et les scandales ont inspiré les traditionnels défilés des écoles de samba. "Beija-Flor" a remporté mercredi le 14e titre de son histoire au carnaval de Rio, avec un défilé qui a dénoncé sans concession la corruption et la violence au Brésil.

Clôture du Carnaval de Rio 2018

Devant les 70 000 spectateurs du Sambodrome, elle a coiffé sur le poteau "Paraiso do Tuiuti", arrivée deuxième avec un autre défilé contestataire, qui représentait notamment le président conservateur Temer en vampire, juché sur un sac rempli d'argent.

"Les écoles de samba ont un rôle social. Elles expriment ce que les gens normaux ressentent", affirme Léo Morais, le professeur d'histoire de 39 ans qui incarnait la version d'outre-tombe de Michel Temer.

>> À lire sur France 24  : "Samba, cachaça et politique, le Brésil célèbre son carnaval"

Son école a choisi pour thème les 130 ans de l'abolition de l'esclavage au Brésil, un sujet encore d'actualité alors que le gouvernement a été critiqué il y a quelques mois pour une ordonnance qui assouplissait les normes de lutte contre le travail forcé.

Le char de Beija-Flor couronné cette année a lui aussi marqué les esprits, avec des scènes illustrant le quotidien des favelas : fusillades, braquages, prises d'otages, et le corps d'un enfant, tué par balle. Le défilé intitulé "Les enfants abandonnés de la patrie" s'est inspiré de l'histoire de Frankenstein pour dépeindre un Brésil victime des attaques de "monstres", comme la corruption et de l'intolérance.

L'école Beija-Flor a aussi fait défiler des hommes d'affaires véreux, les poches débordant de billets, distribuant des liasses à la ronde, pour dénoncer la corruption qui ronge le Brésil. "C'est une victoire du peuple, une critique de ce qui se passe en ce moment au Brésil, toutes ces inégalités", s'est époumoné au micro de TV Globo Neguinho da Beija-Flor, chanteur et figure emblématique de l'école.

Dans un récent sondage, 90 % des Brésiliens affirmaient leur souhait de voir émerger de nouvelles têtes sur la scène politique pour répondre à "l’affaiblissement de la démocratie".

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.