Accéder au contenu principal

La moitié de la population des orangs-outans de Bornéo a disparu en seulement 16 ans

Auscape/Getty Images

Depuis 1999, les orangs-outans de Bornéo ont vu leur population diminuer de moitié. Plus de 150 000 animaux auraient péri en 16 ans.

Publicité

C'est un constat très inquiétant qui vient d'être publié : la moitié des orangs-outans de Bornéo aurait disparu en seulement 16 ans, selon une étude publiée par le journal Current Biology le 15 février. La déforestation pour l'exploitation du bois, de l'huile de palme, ou encore des ressources minières et le braconnage en seraient les causes principales. 

VOIR AUSSI : Les scarabées sont de plus en plus petits à cause du réchauffement climatique

L'orang-outan, espèce la plus proche de l'humain – nous partageons 97 % de son ADN – est très sérieusement en voie d'extinction : si des zones de protection ne lui sont pas dédiées incessamment sous peu, l'espèce de Bornéo à l'état sauvage se sera éteinte d'ici 2020.

La faute à la déforestation industrielle

"Le déclin des populations d'orangs-outans a été très fort dans des zones touchées par la déforestation ou transformées pour l'agriculture industrielle. Les animaux tentent tant bien que mal de survivre en dehors des zones forestières", explique l'une des responsables de cette étude, la chercheuse Maria Voigt. "Cependant, un grand nombre de ces simiens a tout de même disparu dans des zones forestières durant la période étudiée. Cela implique un grand nombre d'abattage par l'humain". 

Accompagnés de collaborateurs issus de 38 institutions internationales, Maria Voigt et le chercheur anglais Serge Wich ont étudié entre 1999 et 2015 les populations de ces singes endémiques à l'île de Bornéo. En observant plus de 36 555 habitats d'orangs-outans pendant cette période, ils ont établi le nombre de pertes à 148 500 animaux. Bien que la déforestation de certaines zones de l'île soit la raison principale de leur disparition, ces mammifères sont également la cible de braconniers, qui tueraient les adultes afin de revendre leurs petits au marché noir comme l'indiquait Brut dans une vidéo postée il y a quelques jours. 

Actuellement, il ne resterait plus que 100 000 orangs-outans de Bornéo, et moins de 15 000 orangs-outans de Sumatra. "En plus de protéger les forêts, nous devons nous concentrer sur les raisons sous-jacentes de ces massacres. Nous devons éduquer les consciences, renforcer les lois et continuer de réaliser ce genre d'étude pour mieux comprendre le comportement des humains face à ces singes", ajoute Serge Wich. Selon les prédictions des chercheurs, 45 000 orangs-outans devraient disparaître dans les 35 prochaines années. 

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.