Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Invasion de sargasse au Mexique : désastre ou chance à saisir?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacques Audiard : "Depuis longtemps, j'avais envie de tourner avec des Américains"

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Voyage inoubliable sur le train du désert en Mauritanie et 300 kilomètres pour les plages de Tunisie

En savoir plus

L’invité du jour

Ghislaine Dehaene : "Il faut parler au bébé pour lui permettre de façonner son esprit"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Population mondiale : le vieillissement s’accélère

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Gérard Collomb, chronique d'un départ annoncé"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"La catastrophe humanitaire évitée à Idleb?"

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Libre échange, quand les barrières tombent

En savoir plus

FOCUS

La mémoire de la guerre civile divise toujours les Espagnols

En savoir plus

JO-2O18: Pinturault à l'assaut de la montagne Hirscher

© AFP | Le Français Alexis Pinturault lors du slalom du combiné alpin, le 13 février, au cours des Jeux Olympiques de Pyeongchang en Corée

PYEONGCHANG (CORÉE DU SUD) (AFP) - 

Les Français abordent le slalom géant des Jeux d'hiver de Pyeongchang, dimanche (10h15 et 13h45 locales, soit 02h15 et 05h45 en France), avec plus d'interrogations que de réponses, face notamment à l'épouvantail autrichien Marcel Hirscher qui ne manque pas, lui, de certitudes.

Seul Alexis Pinturault, victorieux à Val d'Isère début décembre, puis troisième à Adelboden (Suisse) un mois plus tard, a goûté cette saison au podium de la Coupe du monde dans la discipline école.

Cette saison de vaches maigres pour le groupe de géantistes tranche avec la récolte des années précédentes.

Pinturault et Victor Muffat-Jeandet ont l'avantage d'avoir déjà évacué la pression des médailles, après avoir empoché l'argent et le bronze du combiné, mardi sur la piste de Jeongseon.

"Cela commence très bien les Jeux, avait commenté Pinturault. Il faudra surtout en profiter. J'ai une deuxième belle cartouche qui est le géant".

"Avec Alexis, nous avons le ski pour réussir dans cette discipline", avait confirmé Muffat-Jeandet.

Mais qu'en est-il de Thomas Fanara et Mathieu Faivre, engagés dans la seule discipline du géant?

"Beaucoup de choses ont changé, avec notamment le changement de matériel qui s'est effectué entre les deux saisons. Ce qu'on (les français) faisait les saisons précédentes n'est pas la réalité d'aujourd'hui. Il faudra juste donner le meilleur de soi-même dimanche", souligne Mathieu Faivre, qui ne veut pas se substituer aux coaches pour évoquer les causes de la baisse de régime.

"Pour l'instant, je n'ai pas mis encore le pied cette saison sur le podium, je m'en suis seulement approché à Val d'Isère", rappelle l'Azuréen qui avait fini cette course 4e.

Pour ses derniers Jeux, Thomas Fanara, de retour de blessure cette saison, n'entend pas déroger à sa tactique de l'attaque à outrance.

- Dernière chance -

"J'ai envie de ne pas repartir avec des regrets. C'est une dernière chance et j'ai envie de la saisir", souligne le skieur de Praz-sur-Arly (Haute-Savoie).

Fanara, 36 ans, a un léger avantage sur quasiment tous ses adversaires, celui d'avoir pratiqué la piste des Jeux en Coupe du monde il y a 12 ans. "C'est une belle piste, assez complète. Mais je ne m'en souviens pas en détails, et si on ne s'en souvient pas en détails, ça ne sert pas à grand chose", modère Fanara.

Le Haut-Savoyard s'était classé 10e du premier géant, le 4 mars 2006, ex aequo avec le Finlandais Kalle Palander. Le lendemain, l'Américain Ted Ligety, alors âgé de 21 ans, avait signé sa première victoire sur le circuit majeur, le début d'une grande carrière, et Fanara avait été éliminé en première manche. L'épreuve était entrée dans l'histoire aussi pour les écarts minimes, les neuf premiers regroupés en 30/100e de seconde.

"Je veux être au pic de ce que j'ai été", a déclaré en arrivant en Corée du Sud Ligety, médaille d'or aux Jeux de Sotchi et triple champion du monde (2011/13/15). Un sacré challenge: le skieur de Park City, dans l'Utah (ouest des Etats-Unis), vient seulement de renouer avec le podium après une saison et demie de galères physiques, troisième le 28 janvier à Garmisch-Partenkirchen (Allemagne).

- Numéro -

Dans la localité bavaroise, Hirscher avait produit son numéro habituel pour remporter son 4e géant sur les cinq disputés cette saison, devant son compatriote Manuel Feller.

Libéré de l'obligation de remporter enfin un premier or aux Jeux -c'est fait depuis mardi avec le combiné-, le sextuple vainqueur de la Coupe du monde peut envisager le triplé, avec le géant et le slalom, programmé jeudi 22 février.

Entièrement concentré sur le programme technique, Henrik Kristoffersen compte parmi les plus sérieux prétendants au podium du géant. Mais c'est entre les piquets serrés du slalom que le Norvégien attend la confrontation au sommet avec Hirscher.

© 2018 AFP