Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

La France de l'Occupation racontée par Pierre Assouline

En savoir plus

FOCUS

Une présence jihadiste, mais pas d'attentat : le cas singulier de l'Italie

En savoir plus

L’invité du jour

Reza : "Je ne suis pas photographe de guerre, je suis correspondant de paix "

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Vers un baril de pétrole à 100 dollars d'ici fin 2018 ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"ONU : multilatéralisme vs. souveraineté"

En savoir plus

LE DÉBAT

Quelle réponse de l'Iran après l'attentat d'Ahvaz ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Harkis, une si longue attente"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

L'Élysée enlisé dans la parodie

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Tunisie : le cap Bon sous les eaux

En savoir plus

Culture

Après trois ans de négociations, des œuvres du Louvre exposées à Téhéran

© 2010 Musée du Louvre / Thierry Ollivier | "Mithra immolant le taureau", marbre du département des Antiquités Orientales prêté par le Louvre au musée national d'Iran, à Téhéran.

Texte par Mariam PIRZADEH

Dernière modification : 05/03/2018

L'exposition "Le Louvre à Téhéran" a été inaugurée le 5 mars au musée national d'Iran par le ministre français des Affaires étrangères. Au total, 53 œuvres du musée parisien sont prêtées jusqu'au 8 juin à la République islamique.

C'est un projet qui se tramait depuis des années. Plus de cinquante œuvres du musée du Louvre ont pris leurs quartiers au musée national d’Iran, à Téhéran, qui abrite une grande partie de l’héritage de la civilisation perse, pour une durée de trois mois. À l’occasion de l’exposition "Le Louvre à Téhéran", inaugurée le 5 mars, certaines pièces majeures du musée ont fait le voyage de Paris à Téhéran. Parmi elles, une statue de Marc Aurèle datant du IIe siècle après Jésus Christ, ou encore le Sphinx royal au nom du pharaon Hachoris.

Sous les cloches de verres du musée national iranien, il n’y a donc pas que des antiquités perses. "Le directeur du musée a insisté pour l’envoi d’antiquités égyptiennes, car c’est une période qui fascine les Iraniens, et au cours de laquelle les deux pays échangeaient – en témoigne une statue du roi Darius réalisée en Égypte. Actuellement, les relations n’étant pas excellentes entre l’Iran et l’Égypte, c’était un moyen de leur en faciliter l’accès", explique Marielle Pic, directrice du département des antiquités orientales au Louvre à Paris.

La diplomatie culturelle

C’est la première exposition de grande ampleur d’un musée occidental en Iran. Pour cela, il a fallu négocier. La signature de l’accord sur le nucléaire iranien en juillet 2015 a accéléré le processus.

"Les relations entre l’Iran et le Louvre ont été rompues en 2008. Puis en 2015 j’ai obtenu un visa pour l’Iran, le premier pour un membre de l’équipe du musée depuis sept ans. Les Iraniens nous ont dit qu’il fallait illustrer l’accord nucléaire avec une exposition à Téhéran", explique Yannick Lintz, directrice du département des Arts de l’islam au musée du Louvre à Paris. Depuis, il aura fallu pas moins de trente allers-retours entre Paris et Téhéran pour mettre sur pied cette exposition historique. L’accord de coopération a été signé en janvier 2016, lorsque le président iranien Hassan Rohani s’est rendu en visite officielle en France. "Cela fait des années que les Iraniens attendent cette exposition, mais il fallait au préalable que les relations diplomatiques soient rétablies", explique Yannick Lintz.

La culture comme passerelle, c’est ce que mettent en avant le Louvre comme le musée national iranien. "Cette exposition ce n’est pas dans dix ans qu’il fallait la faire, c’est maintenant", sourit Yannick Lintz, qui ne cache pas sa fierté de voir tous ces efforts aboutir. "Même pendant la période de rupture, nous avons toujours essayé de travailler avec l’Iran, via des collaborations artistiques et des invitations au Louvre", renchérit Marielle Pic. Le choix des 53 œuvres s’est fait en coopération entre les équipes du Louvre et les autorités culturelles iraniennes. Une sélection rigoureuse composant avec la censure en Iran. Depuis 1979 en effet, les œuvres d’art représentant, entre autres, des nus ou encore des scènes d’amour trop explicites, ne peuvent y être exposées.

Première publication : 25/02/2018

  • PEINTURE

    Le Louvre Abu Dhabi exposera le Vinci à 450 millions de dollars

    En savoir plus

  • CULTURE

    En images : à Abu Dhabi, le nouveau Louvre ouvre enfin ses portes

    En savoir plus

  • ART

    Peinture : "La Liberté" de Delacroix va-t-elle guider le peuple chinois ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)