Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Invasion de sargasse au Mexique : désastre ou chance à saisir?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacques Audiard : "Depuis longtemps, j'avais envie de tourner avec des Américains"

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Voyage inoubliable sur le train du désert en Mauritanie et 300 kilomètres pour les plages de Tunisie

En savoir plus

L’invité du jour

Ghislaine Dehaene : "Il faut parler au bébé pour lui permettre de façonner son esprit"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Population mondiale : le vieillissement s’accélère

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Gérard Collomb, chronique d'un départ annoncé"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"La catastrophe humanitaire évitée à Idleb?"

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Libre échange, quand les barrières tombent

En savoir plus

FOCUS

La mémoire de la guerre civile divise toujours les Espagnols

En savoir plus

JO-2018: le cas de dopage du Russe "extrêmement décevant" s'il est avéré dit le CIO

© AFP/Archives | Une jeune femme agite un petit drapeau russe devant le siège du CIO le 5 décembre 2017 à Pully près de Lausanne

PYEONGCHANG (CORÉE DU SUD) (AFP) - 

Le cas de dopage du sportif russe est "extrêmement décevant" s'il est avéré, a commenté lundi le porte-parole du Comité international olympique (CIO), dans l'attente des résultats de l'échantillon B d'un joueur de curling qui aurait pris du meldonium.

Ce curleur russe évolue sous les couleurs olympiques et sous la dénomination des Athlètes olympiques de Russie, délégation de 168 sportifs censée présenter des sportifs considérés comme "propres", suite à la suspension de la Russie pour un système de dopage institutionnalisé.

L'annonce de ce cas de dopage avait commencé à fuiter dimanche dans la presse russe, le CIO et le TAS attendant les résultats de la contre-expertise pour officialiser ce cas positif.

L'analyse de l'échantillon B doit être pratiquée "lundi à 13h00", heure locale à Pyeongchang (05h00 en France), a précisé une source proche du dossier à l'AFP.

La Fédération internationale de curling a confirmé l'existence d'un cas impliquant un sportif engagé dans son tournoi olympique.

Si ce cas de dopage était avéré, ce serait un nouveau coup dur pour les JO et la Russie, montrée du doigt depuis deux ans et les révélations du rapport McLaren sur les tricheries organisées par les autorités sportives russes dans le cadre des Jeux olympiques de Sotchi en 2014.

Ce serait par ailleurs le deuxième cas de dopage enregistré lors de ces JO de Pyeongchang après le patineur de vitesse japonais Kei Saito, spécialiste du short-track.

Kei Saito a été testé positif à l'acétalozamide, un produit diurétique considéré comme masquant, durant un test hors compétition, avait annoncé le TAS mardi dernier.

© 2018 AFP