Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INFO ÉCO

L’économie turque fragilisée par l'inflation et la chute de la monnaie

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Un accueil saoudien royal pour Imran Khan"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Salzbourg au centre la scène européenne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Armée algérienne : le grand nettoyage?

En savoir plus

LE DÉBAT

Audition de Benalla au Sénat : malaise au sommet

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Les Frères Sisters", western fraternel et meurtrier

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

"This is Iraq" : rencontre avec le rappeur I-NZ

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Espionnage en Afrique : une concurrence féroce

En savoir plus

FACE À FACE

Affaire Benalla : 5 mois de feuilleton politique

En savoir plus

Amériques

Donald Trump jugé pire président de l’histoire des États-Unis par des politologues américains

© Mandel Ngan, AFP | Donald Trump a obtenu un score de 12,34 sur 100 de la part de 170 politologues américains

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 20/02/2018

Donald Trump arrive en dernière place d’un classement des présidents américains, établi par 170 politologues américains. Il est le premier à surpasser la mauvaise image de James Buchanan, tenu pour responsable de la guerre civile en 1861.

Le pire de tous. Donald Trump a été placé en dernière position des présidents américains par un collectif de 170 membres de l’American Political Sciences Association (association des politologues américains), dans une enquête rendue publique lundi 19 février, à l’occasion du President Day, et relayé par le New York Times. Il arrive même derrière James Buchanan (15e président des États-Unis, de 1857 à 1861), pourtant jugé en partie responsable de la guerre civile américaine de 1861.

L’actuel locataire de la Maison Blanche recueille une note moyenne de 12,34 sur 100 auprès des politologues, alors qu’Abraham Lincoln, le plus plébiscité des 44 présidents évalués [et non pas 45 car S. Grover Cleveland a été président deux fois, mais pas de suite], obtient un score de 95 sur 100. Quant à Barack Obama, prédécesseur de Donald Trump, il est crédité d’une note de 75 et grimpe à la huitième place gagnant 8 places par rapport au dernier classement, établi en 2014.

Après seulement un an

C’est la troisième fois que l’American Political Sciences Association est sollicité sur la question. Mais les États-Unis ont pris l’habitude, depuis les années 1950, de classer tous les ans ou presque leur dirigeants. Le trio de tête est invariablement Abraham Lincoln (père de l’abolition de l’esclavage), Georges Washington (père fondateur) et Franklin Delano Roosevelt (père du New Deal et leader ayant mené les États-Unis à la victoire de la Seconde Guerre mondiale).

Pour parvenir aux résultats de 2018, deux politologues, Brandon Rottinghaus de l’université de Houston et Justin S. Vaughn, ont demandé à leurs pairs d’estimer la crédibilité des différents présidents dans cinq domaines : leur action générale, leurs succès législatifs, leur leadership sur la scène internationale, leur capacité à habiter la fonction présidentielle, et leur communication auprès du public. Sans surprise, Donald Trump, roi incontesté du tweet, obtient sa meilleure note dans le domaine de la communication, tandis qu’il est lourdement sanctionné pour sa manière d’incarner les institutions.

Les auteurs de cette enquête reconnaissent que le 45e président part avec un double handicap. Tout d’abord, il n’a qu’une année à son compteur. Difficile de comparer ce qu’il a accompli avec l’héritage d’un Franklin D. Roosevelt ou même d’un Barack Obama, qui ont occupé le poste de président pendant, respectivement, douze ans et huit ans.

L’action de Donald Trump est aussi évaluée sans aucun recul historique des observateurs. L’avis des politologues sur John F. Kennedy a, ainsi, beaucoup évolué au fil des ans. Dans les années 1960, ils étaient nombreux à penser que l’action du président démocrate avait surtout été de préserver un certain statu quo social, à la manière d’un conservateur, rappelle les auteurs de l’enquête. Ce n’est qu’au fil des décennies que son image de président progressiste s’est lentement imposée.

Le président le plus clivant

Cependant, ce sondage souffre d’un autre biais : 57 % des politologues interrogés ont reconnu pencher pour le parti démocrate, contre seulement 12,7 % qui se déclarent républicains. Le reste affirme être “indépendant”. Donald Trump, plutôt à droite de la droite américaine, pourra toujours arguer que ces “juges” de son action devaient avoir un a priori négatif à son égard.

Il n’empêche que même parmi la minorité républicaine, l’actuel président jouit d’une piètre opinion. Il n’est certes pas dernier, mais presque puisqu’il occupe la 40e places sur 44.

Un point qui met tout le monde d’accord : Donald Trump est le président le plus clivant de toute l’histoire des États-Unis, juste devant Abraham Lincoln. Apparaître comme plus clivant qu’un homme haï par toute la moitié sud et esclavagiste du pays est, en soi, une sacrée performance.

Première publication : 20/02/2018

  • ÉTATS-UNIS

    Marion Maréchal-Le Pen prendra la parole à la grand-messe des conservateurs américains

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Impressionné par le 14 juillet, Trump veut un défilé militaire à Washington

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Discours sur l'état de l'Union : Donald Trump se pose en rassembleur

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)