Accéder au contenu principal

Les planches originales des dessins animés de Disney sont en train de s’effacer mais des conservateurs tentent de les sauver

Un cellulo original du dessin animé "Blanche Neige et les sept nains" de Disney sorti en 1938.
Un cellulo original du dessin animé "Blanche Neige et les sept nains" de Disney sorti en 1938. Mike Pucher/Disney Enterprises, Inc.

Depuis 2009, une équipe de chercheurs du Getty Conservation Institute s’attèle à préserver les dessins originaux de "Bambi", "Alice aux pays des merveilles" ou "Blanche-Neige et les sept nains".

Publicité

Depuis "Blanche-Neige et les sept nains", le premier long métrage animé de Walt Disney sorti en 1938, et jusqu’au milieu des années 1980, tous les films du mythique studio américain ont été tournés à partir de dessins colorisés à la main sur des feuilles de plastique transparentes : des cells ou cellulos, car fabriqués en acétate de cellulose. Mais 80 ans plus tard, ces planches gardées en grande partie à la bibliothèque de conservation de Disney à Los Angeles – lorsqu’elles n’ont pas été cédées à des particuliers lors de ventes aux enchères – se gondolent, jaunissent et la peinture se craquèle.

VOIR AUSSI : "La Belle et la Bête", "Raiponce" : ces films Disney inspirés du patrimoine culturel français

"La feuille de plastique se déforme et la peinture s'écaille"

Alors depuis 2009, une équipe de conservateurs du Getty Conservation Institute menée par le Britannique Tom Learner tente de trouver une solution pour sauvegarder ce patrimoine culturel ô combien précieux. Lors d’une conférence donnée au meeting annuel de l’American Association for the Advancement of Science à Austin début février, le chercheur a raconté le travail de son équipe, relate le Guardian : "Une des choses qu’on a remarqué dans la collection de Disney – et cela remonte au milieu des années 30 jusqu’à la fin des années 80 et l’avènement du numérique – c’est que sur beaucoup des cells, on voit que la feuille de plastique commence à se déformer. C’est un matériau très sensible à l’humidité, alors dès que l’atmosphère devient plus sèche, la peinture commence à s’écailler."

Des compartiments humidifés pour recoller la peinture

Quand souvent les œuvres d’art ont besoin d’être gardées bien au sec pour être conservées – Tom Learner le sait bien, il a notamment été conservateur à la prestigieuse galerie Tate Modern de Londres –, c’est tout l’inverse pour les planches de dessins animés. "On s’est rendu compte qu’en mettant ces choses dans des compartiments humidifiés, l’humidité permet de faire adhérer à nouveau la peinture au plastique même s’il est déformé. Et ce qui est super, c’est qu’on n’a pas besoin de mettre de la colle, de l’adhésif ou n’importe quoi d’autres pour coller la peinture", a détaillé le scientifique. Puisque la peinture ne se fissure plus, les planches peuvent ainsi être photographiées numériquement et conservées temporairement en bon état.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.