Accéder au contenu principal
Dans la presse

"Sandales, tunique rouge et colliers à fleurs" pour Justin Trudeau en Inde

Capture d'écran France 24

Au menu de cette revue de presse internationale du 20 février 2018 : la visite controversée du Premier ministre canadien Justin Trudeau en Inde, la désignation surprise par Angela Merkel de celle qui doit lui succéder à la tête de la CDU, Annegret Kramp-Karrenbauer, mais aussi les nouvelles questions existentielles des professeurs aux États-Unis : faut-il mourir pour ses élèves au cours d'une fusillade?

Publicité

La presse canadienne scrute la première visite en Inde de son Premier ministre Justin Trudeau. Les photos postées par l’intéressé son particulièrement commentées. Le journal de Montréal s’arrête notamment sur ses sandales, sa tunique rouge et ses collier de fleurs, notant que la plupart des dignitaires indiens à ses côtés portent un costume cravate. C’est le monde à l’envers, déplore le quotidien. De leur côté, les internautes retiennent ce qui ressemble fort à des vacances aux frais du contribuable …

Cette visite ressemble pourtant à s’y méprendre à "un voyage d’affaires" sur fond de polémiques, rapporte aussi la presse canadienne. Des politiciens en Inde accusent publiquement des ministres canadiens de soutenir le mouvement séparatiste sikh, rapporte le Globe and Mail.

De son côté, le Global News observe que les dirigeants indiens ont réservé au Premier ministre canadien un accueil plutôt glacial, à commencer par son homologue, Narendra Modi, qui ne le rencontrera qu’au sixième et avant-dernier jour de sa visite.

Le visage de celle qui a été désignée par la chancelière Angela Merkel au poste de secrétaire générale de la CDU est à la une de la presse anglo-saxonne. Pour le quotidien londonien The Times, la ministre présidente du Land de Sarre, Annegret Kramp-Karrenbauer est une "mini-Angela Merkel". Le Tagesspiegel allemand titre de son côté sur un coup d’État surprise et réussi d’Angela Merkel.

Enfin, le magazine américain en ligne The Vox revient sur la fusillade de Parkland, en Floride, et les exercices de simulation de fusillades au sein des établissements qui posent de nouvelles questions existentielles : « Faut-il accepter de mourir, servir de bouclier humain pour protéger ses élèves ? Cela a quelque chose de terrifiant. Je n’ai pas signé pour cela », confie une professeure.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.