Accéder au contenu principal
Dans la presse

"D'Alep à la Ghouta, l'histoire se répète"

Capture d'écran France 24

Au menu de cette revue de presse internationale du 21 février 2018 : l'indignation face à la déflagration de bombes sur la Ghouta Orientale. "D'Alep à la Ghouta, l'histoire se répète", déplore l'Orient Le Jour. Benjamin Netanyahou, lui, vivrait ses derniers jours à la tête d'Israël, selon Haaretz, après de nouveaux soupçons de corruption. Au Royaume-Uni, on s'amuse de cette première pour la reine Elizabeth : à 91 ans, elle était aux premières loges de la Fashion week de Londres !

Publicité

La presse internationale s’alarme de cette déflagration de bombes sur la Ghouta Orientale. "D’Alep à la Ghouta, l’histoire se répète", déplore le journal libanais L’Orient Le Jour. Les habitants du dernier fief rebelle proche de Damas subissent l’acharnement du régime. À Alep, Damas et Moscou avaient justifié leur pilonnage par la présence de combattants jihadistes. Aujourd’hui, la même rhétorique justifie les bombes sur la Ghouta orientale. L’enjeu principal de cette bataille, selon le journal, est "d’enterrer le processus politique (…). Le dirigeant syrien veut une victoire totale".

La presse anglo-saxonne craint un désastre humanitaire et tente de mobiliser par le choc des images. Des clichés parfois insoutenables, comme à la une de The Independent, qui titre : "Massacre en Syrie". Sur la photo, un homme fuit un bombardement, portant dans ses bras un enfant ensanglanté. Près de 250 personnes ont ainsi été tuées en deux jours, dont près de 60 enfants… Le Guardian publie lui aussi des photos choc de ces enfants dans la guerre. Pour ce journal britannique, la Ghouta Orientale n’est pas Alep, mais plutôt Sebrenica. L’horreur du massacre des Bosniaques musulmans en 1995 se répète aujourd’hui en Syrie. Comme en Bosnie, l’enclave de la Ghouta est aussi assiégée. Et comme en Bosnie, personne n’est venu en aide à la population civile quand l’offensive du régime a commencé en décembre dernier. Les bombardements du régime s’effectuent dans l’impunité la plus totale. Le Guardian rappelle qu’en novembre dernier, Ratko Mladic, "le boucher des Balkans", a été condamné pour génocide après 22 ans. Combien d’enfants devront encore mourir avant que justice soit rendue en Syrie, s’insurge le quotidien ? Le journal pan-arabe Al Quds critique une communauté internationale qui "ne bouge pas pour faire pression sur le régime et ses alliés". Le journal pointe le scandale de ces "zones de désescalade" comme la Ghouta Orientale. Le régime s’était engagé aux côtés des Russes et des Turcs à mettre fin à la violence pour créer les conditions de faire avancer le processus politique …

La presse américaine revient sur les ennuis judiciaires qui s’accumulent pour Benjamin Netanyahou. Alors que la police a recommandé la semaine dernière la mise en examen du Premier ministre israélien, le New York Times titre sur ces nouvelles révélations de corruption. L’un des plus proches conseillers de Benjamin Netanyahou aurait, selon le journal américain, tenté de soudoyer un juge afin qu’il abandonne une enquête mettant en cause la femme du Premier ministre. Pour le journal de gauche israélien, Haaretz c’est l’affaire de trop. "Ce sont les derniers jours du gouvernement Netanyahou", écrit le journal.

Enfin, la presse britannique s’amuse de la participation de la reine Elizabeth à 91 ans à son premier défilé de haute couture à la Fashion week de Londres. Le Daily Mail titre sur ce jour "où la reine s’est assise aux côtés de la reine de la mode Anna Wintour au premier rang"...

 

 

 

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.