Accéder au contenu principal

Métro du Grand Paris : objectif 2030 maintenu, avec des retards

Le Premier ministre Édouard Philippe visite le site de la future ligne 15 du métro du Grand Paris, le 23 janvier 2018, à Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne).
Le Premier ministre Édouard Philippe visite le site de la future ligne 15 du métro du Grand Paris, le 23 janvier 2018, à Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne). Thomas Samson, AFP

Le Premier ministre Édouard Philippe a annoncé des retards importants sur certains tronçons du futur métro du Grand Paris, même s'il a assuré que l'ensemble serait achevé comme prévu en 2030, tout en demandant que le coût global soit réduit.

PUBLICITÉ

Le Premier ministre a dévoilé jeudi 22 février les arbitrages très attendus du gouvernement sur le nouveau calendrier du futur métro du Grand Paris. Édouard Philippe a annoncé des retards importants sur certains tronçons et dit viser une réduction de son coût d'environ 10 %, même s'il a assuré que l'ensemble serait achevé comme prévu en 2030.

Exprimant sa volonté de "rendre totalement irréversible" le projet, Édouard Philippe a souligné "la nécessité de le recaler, de lisser la réalisation de certains tronçons, de les prioriser, pour en assurer la réalisation dans des délais réalistes".

Des tronçons stratégiques pour les JO 2024

Dans le détail, la ministre des Transports, Élisabeth Borne, a confirmé les prolongements de la ligne 14 au Nord et au Sud (de Saint-Denis-Pleyel à l'aéroport d'Orly, via Paris) et le tronc commun des lignes 16 et 17 de Pleyel au Bourget-RER, lancés au début du mois. Ils sont stratégiques pour les jeux Olympiques de 2024, le village olympique devant être construit à Pleyel, et devraient donc être prêts à temps.

Élisabeth Borne a indiqué que le Grand Paris Express pourrait également aller à cette échéance jusqu'à l'aéroport du Bourget, où est censé s'installer le village des médias des JO, si cela est "techniquement possible".

La ministre a également annoncé que le super-métro devrait bien arriver dans les quartiers sensibles de Clichy-Montfermeil (Seine-Saint-Denis) en 2024, comme le président Macron l'avait encore promis à l'automne. Le Grand Paris Express n'atteindra en revanche le pôle scientifique de Saclay (Essonne) qu'en 2027, avec trois ans de retard. Les autres tronçons devraient prendre entre trois et six ans de retard.

Le chef du gouvernement a par ailleurs demandé à la Société du Grand Paris (SGP), la structure publique chargée de construire le métro, "de préparer un plan d'optimisation permettant de comprimer le coût global du projet". Il a précisé qu'il visait "une optimisation de l'ordre de 10 %" de ce coût, soit 3,5 milliards d'économies à trouver sur une facture de 35 milliards.

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.