Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Algérie/ armée : le grand nettoyage?

En savoir plus

LE DÉBAT

Audition de Benalla au Sénat : Police - Elysée : malaise au sommet

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Les Frères Sisters", western fraternel et meurtrier

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

"This is Iraq" : rencontre avec le rappeur I-NZ

En savoir plus

FOCUS

La traque des opposants burundais se poursuit jusqu'au Kenya

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Espionnage en Afrique : une concurrence féroce

En savoir plus

FACE À FACE

Affaire Benalla : 5 mois de feuilleton politique

En savoir plus

L’invité du jour

Sebastian Copeland : "Les régions polaires nous lancent le cri d’alarme"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

L’économie chinoise peut-elle résister à la guerre commerciale ?

En savoir plus

SNCF: recourir aux ordonnances est une "possibilité" selon Castaner

© AFP/Archives | Le secrétaire d'Etat aux Relations avec le Parlement, Christophe Castaner, lors d'une séance de questions au gouvernement à l'Assemblée nationale le 14 novembre 2017

PARIS (AFP) - 

Le secrétaire d'Etat aux Relations avec le Parlement, Christophe Castaner, a indiqué jeudi que le recours aux ordonnances était une "possibilité" envisagée par le gouvernement pour réformer la SNCF, jugeant qu'"il faut aller vite" sur ce dossier.

"Bien sûr c'est une possibilité", a-t-il reconnu sur BFMTV et RMC, appelant à "ne pas avoir peur des ordonnances" alors qu'"on les a quelque part diabolisées".

"Oui il faut aller vite et il faut être efficace, les ordonnances sont une des façons" d'y parvenir, a ajouté le délégué général de LREM, tout en soulignant que "la discussion aujourd'hui n'est pas arrêtée, mais (qu')il faut aller vite".

"Je n'exclus rien. Ensuite il y a un Premier ministre qui prend les décisions", a-t-il conclu.

Interrogé sur Europe 1 pour savoir si un recours aux ordonnances, évoqué dans la presse, serait "raisonnable", le chef de file des députés LREM Richard Ferrand a répondu de son côté: "En tout cas, ce n'est pas confirmé".

Il a rappelé que le Premier ministre "va concerter, discuter, regarder quelle est l'ampleur du diagnostic que met en lumière le rapport Spinetta, et ensuite mettre en oeuvre un certain nombre de décisions".

© 2018 AFP