Accéder au contenu principal

Touché par la Grâce, le Vatican va accueillir son tout premier hackathon

Pacific Press/Getty Images

Des développeurs venus du monde entier vont investir le Saint-Siège qui organise au mois de mars le premier hackathon de son histoire.

PUBLICITÉ

Tout arrive : en août 2016, Mark Zuckerberg offrait un drone au Pape François. Aujourd'hui, un hackathon est organisé au Vatican, pour la toute première fois. Peu à peu, la tech fait son chemin entre les murs du plus petit État au monde. 

VOIR AUSSI : Le pape François a inspiré l'installation d'un accélérateur de start-up au Vatican

"C'est l'histoire d'un étudiant qui débarque à Rome avec une idée, et qui rencontre des gens intéressés par cette idée", explique le créateur de l'événement Jakub Florkiewicz à The Next Web. "En grand passionné des hackathons, j'ai eu la chance de rencontrer des habitants du Vatican qui ont jugé pertinent de lancer ce genre d'événement ici, et d'y inviter des jeunes organisateurs et participants." Ainsi est né Vhacks, le premier hackathon en plein Vatican qui doit se tenir du 8 au 11 mars 2018. 

Mais attention : le jeune homme se défend de vouloir causer du trouble dans la cité italienne : "Nous avons dû prendre le temps d'assurer que ça n'avait rien à voir avec du 'hacking' à proprement parler. Nous voulons échanger autour de thématiques non-religieuses et de problèmes socioéconomiques." En effet, trois sujets seront abordés lors du hackathon : l'inclusion sociale, le dialogue interreligieux et les migrants et réfugiés. 

"Il serait fabuleux que les avancées scientifiques et technologiques soient suivies par une évolution des égalités et de l'inclusion sociale". 

Du côté des participants, on apprend sur le site de l'événement qu'ils seront 120, "issus de toutes origines, confessions et académies", et qu'ils travailleront par groupes pendant les 36 heures de cette réunion. "Nous voulons promouvoir les échanges par-delà les frontières, divisions et parcours", précise le créateur de l'initiative, en ajoutant que l'un des autres buts à accomplir est de "montrer que la technologie peut résoudre des problèmes, et le clergé peut également s'en servir". 

"Non, je n'ai pas dû présenter le projet au Pape", rigole Jakub Florkiewicz. "Mais j'espère que les participants auront à le faire", si tant est que les travaux du week-end aboutissent à des solutions satisfaisantes. Il n'y a plus qu'à y croire. 

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.